Aller au contenu principal
RBC
Vous avez peut-être préparé financièrement votre retraite, mais il y a de fortes chances que vous n'ayez pas beaucoup réfléchi à l'administration de la fermeture de votre cabinet ou de votre départ de la profession. Une planification minutieuse peut faciliter cette transition. Voici les étapes d'une prise de retraite bien gérée.

Le texte qui suit est une version révisée d’un article publié sur le site de Dr Bill.

1. Communiquez avec votre ordre professionnel

Bien qu’il n’y a pas d’âge de retraite obligatoire pour les médecins au Canada, les médecins qui cessent d’exercer leur profession doivent en informer leur organisme médical directeur afin que celui-ci les inscrive dans un répertoire des médecins retraités. Que vous pratiquiez en Colombie-Britannique, en Alberta ou en Ontario, l’organisme qui vous autorise à exercer dans votre province devra également être avisé que vous cessez vos activités.

En outre, vous devrez lui fournir des renseignements sur la manière dont vous comptez gérer vos patients, les ordonnances en trois exemplaires que vous n’avez pas utilisées, l’emplacement des dossiers de vos patients et une adresse de réexpédition pour votre courrier. Certaines provinces, comme la Colombie-Britannique, ont des lignes directrices plus rigoureuses concernant le départ à la retraite des médecins, comme l’affichage de panneaux visibles dans les salles d’attente et la nécessité de s’assurer que tous les patients sont placés chez un nouveau médecin, que ce soit dans le propre cabinet du médecin qui prend sa retraite ou dans un autre cabinet. D’autres sont moins strictes.

Quelle que soit la province dans laquelle vous êtes enregistré, vous devez vous renseigner auprès de votre organisme de réglementation bien avant la date prévue de votre départ afin de vous assurer de respecter toutes les directives. Ces règles sont en place pour vous protéger, vous et vos patients. Veillez donc à envoyer un préavis approprié et à consigner la date et le mode d’envoi.

2. Aviser vos patients de votre départ

Le délai de préavis vous appartient, mais plus tôt vous préviendrez vos patients, plus il leur sera facile de se trouver un autre médecin. Même si votre cabinet reste ouvert, mieux vaut généralement donner plus de préavis que moins. Certaines provinces, comme la Colombie-Britannique, exigent que vous avisiez vos patients au moins trois mois à l’avance, bien que l’ensemble des provinces recommandent généralement de donner le plus de préavis possible. Dans certaines provinces, comme en Colombie-Britannique, les médecins doivent être en mesure de démontrer qu’ils ont fait un effort raisonnable pour informer tous leurs patients, de vive voix ou par courrier, de leur départ. Cet avis doit comprendre non seulement des précisions sur la date à laquelle vous pensez cesser vos activités, mais aussi des renseignements sur l’endroit où vos patients peuvent accéder à leurs dossiers médicaux et sur les médecins de votre cabinet ou d’autres cabinets qui pourraient accepter de nouveaux patients. Les médecins retraités en Ontario doivent transmettre cet avis dans un délai d’au moins 90 jours.

3. Faites l’inventaire de votre pratique

Vous devrez décider si vous vendrez ou donnerez votre cabinet à un autre médecin, si vous confierez vos patients à des médecins d’autres cabinets, ou si vous engagerez un médecin remplaçant pour prendre progressivement votre place. Peu importe ce que vous choisirez, vous devrez déterminer tout besoin en matière de recrutement avant et après votre départ à la retraite. Avez-vous des collègues qui souhaitent également prendre leur retraite ? Cherchez-vous à vendre, et avez-vous des offres ? Une fois que vous aurez défini votre scénario idéal, vous pourrez commencer à déterminer vos besoins au chapitre du remplacement. Les médecins qui ont beaucoup de patients (p. ex, plus de 2 000) pourraient envisager d’engager plus d’un médecin remplaçant tandis que ceux qui offrent des services supplémentaires (p. ex, l’acupuncture ou l’obstétrique dans une clinique de médecine familiale) chercheront idéalement un remplaçant qui possède ces compétences. Si vous pensez vendre ou transférer votre cabinet à un autre médecin, il vous faut également prévoir le transfert des dossiers (qu’ils soient sur papier ou électroniques) des patients, déterminer si votre personnel administratif souhaite continuer à travailler dans le cabinet que vous quittez, et évaluer toute autre amélioration ou tout autre équipement dont vous devrez vous occuper avant de confier les rênes à un nouveau médecin.

4. Transférez vos patients

Si votre clientèle est importante ou complexe, ou si votre cabinet poursuit ses activités sans vous après votre départ à la retraite, vous pourriez songer à aider vos patients à trouver un nouveau médecin. Dans bien des cas, cette démarche consistera à recruter un médecin suppléant qui désire commencer une pratique à temps plein, mais il faut généralement le faire au moins un an avant votre départ, car le processus peut être long. En Ontario, certains patients – comme ceux qui nécessitent des recommandations urgentes, un suivi continu de la prise de certains médicaments, une gestion de la douleur chronique, des soins obstétricaux ou d’autres types de soins continus – auront besoin de fournir des preuves de leur besoin de suivi médical ininterrompu, selon les exigences de votre organisme médical directeur. Une fois que vous aurez annoncé votre départ à la retraite à vos patients, pensez à les tenir au courant, ainsi que tous les autres membres de votre cabinet, de la suite des choses. De nombreux médecins finissent par travailler plus longtemps que prévu, soit en raison de problèmes de continuité, soit parce qu’ils aiment leur travail. Cette continuité est une bonne chose du point de vue du patient, mais si vous êtes certain de quitter le cabinet dans un avenir proche, il pourrait être judicieux d’encourager vos patients à consulter le nouveau médecin au moins à quelques reprises avant votre départ.

5. Consultez un comptable

Si vous fermez un cabinet ou si vous commencez à tirer vos revenus de votre épargne-retraite et de vos placements, il serait sage de consulter un comptable pour avoir une idée de vos obligations fiscales. Bien que cette démarche soit relativement simple si vous étiez simplement un employé du cabinet, elle est plus complexe s’il s’agit de votre propre cabinet que vous vendez ou fermez. Avant la vente du cabinet, vous pourriez vous constituer en société afin de pouvoir vous prévaloir de l’exonération cumulative des gains en capital et éviter une facture fiscale salée à la suite de la vente. Si vous fermez votre cabinet, il n’y aura pas de vente, et donc pas de facture d’impôt, mais votre départ pourrait tout de même avoir d’autres incidences fiscales. Un bon comptable vous tiendra au courant de ces questions bien à l’avance.

6. Remplacez ou actualisez votre technologie

Si vous utilisez un système de facturation, du matériel ou des logiciels spécialisés, ou d’autres outils technologiques, vous devrez protéger les données qu’ils contiennent ou annuler vos abonnements à ces services avant votre départ. Sachez que la suppression des dossiers des patients de votre ordinateur n’équivaut pas à leur suppression permanente. Informez-vous auprès de votre organisme provincial directeur (comme l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario) pour savoir comment effacer ces dossiers de votre matériel informatique et comment conserver et stocker les données de vos patients après votre départ.

La période qui précède votre départ à la retraite peut vous sembler déjà bien remplie de choses à faire pour vous y préparer financièrement, mais elle doit aussi servir à vous renseigner sur les changements administratifs et organisationnels que vous devrez effectuer. Plus tôt vous commencerez à vous préparer, plus vous serez organisé, et plus vous pourrez consacrer de temps et d’attention à la fermeture de votre cabinet ou à la poursuite de ses activités sans vous. Quelle que soit la solution que vous choisirez pour votre pratique, veillez à conclure votre carrière avec le même sens du devoir et le même soin que vous avez apporté à l’exercice de votre profession. Vos patients et vos homologues vous en seront reconnaissants !

Ressources :

Prendre sa retraite est une décision importante. Une planification minutieuse peut vous permettre de le faire en douceur et de manière agréable ! Pour obtenir des conseils sur la préparation financière de votre retraite, consultez l’un de nos spécialistes, Services aux professionnels de la santé RBC.

Article connexe : À quel âge les médecins prennent-ils habituellement leur retraite ? Comment déterminer si vous êtes prêt pour la retraite ?