Ce qu’il faut savoir sur la hausse des taux d’intérêt et vos placements

Par Iman Sheikh29 juillet 2022

Il est important de comprendre la corrélation entre les taux d'intérêt et les placements pour faire des choix éclairés.

À la surprise générale, la Banque du Canada (BdC) a relevé le 13 juillet 2022 son taux directeur d’un point de pourcentage, ce qui représente la plus forte hausse individuelle au pays en plus de vingt ans.

Cette hausse porte le taux directeur à 2,5 % et intervient après trois autres relèvements plus modestes au début de l’année, de un quart à un demi-point de pourcentage.

« La Banque du Canada augmente habituellement son taux directeur de 25 points de base (0,25 %) à chaque deuxième réunion lors d’un cycle de resserrement moins agressif, indique Eric Lascelles, économiste en chef, RBC Gestion mondiale d’actifs. Actuellement, la hausse est huit fois plus rapide qu’à l’habitude. »

Cette hausse historique s’inscrit dans un contexte d’inflation obstinément élevée (7,7 % en mai 2022). La banque centrale a nettement abaissé ses prévisions de croissance économique au Canada pour l’année en cours et la suivante. Elle explique cette révision par la hausse de l’inflation, le resserrement des conditions financières, la persistance des perturbations des chaînes logistiques et la faiblesse de la demande étrangère.

Incidence de la hausse des taux d’intérêt sur les placements

Alors que la hausse des taux d’intérêt préoccupe de nombreux Canadiens dont l’endettement augmente, elle peut aussi avoir un effet positif sur certains types de placements.

Dans le contexte actuel, il est essentiel de comprendre la corrélation entre les taux d’intérêt et les placements pour faire des choix éclairés. Voici quelques points importants à retenir :

Épargne et certificats de placement garanti (CPG)

Lorsque les taux d’intérêt des emprunts augmentent, comme cela a été le cas dernièrement, les institutions financières bénéficient d’une plus grande marge de manœuvre. Il leur est donc plus facile de proposer des taux d’intérêt concurrentiels sur les comptes d’épargne et les CPG. Situés en bas de l’échelle des risques et des rendements, les CPG offrent aux acheteurs sécurité et stabilité dans un contexte imprévisible. En investissant dans un CPG, les clients s’engagent généralement pour une durée spécifique, plus communément appelée « échéance ». La durée peut aller d’un jour à plusieurs années.

En retour, le CPG produit des intérêts. Le taux d’intérêt est connu au moment de l’achat et dépend de divers facteurs tels que les conditions du marché, l’échéance (normalement, plus l’échéance est longue, plus le taux d’intérêt est élevé), le caractère remboursable ou non du produit et d’autres caractéristiques uniques du CPG.

Dettes

La situation des personnes fortement endettées peut être fragilisée lorsque les taux d’intérêt augmentent. Les principales institutions financières du pays se fient au taux directeur établi par la Banque du Canada pour déterminer les taux d’intérêt des prêts hypothécaires, des marges de crédit et des prêts à taux variable. Les personnes dont la dette est à taux variable sont les plus touchées, car le pourcentage d’intérêt sur leur prêt augmente en conséquence.

Les cartes de crédit et les prêts-auto, entre autres, ne sont pas concernés puisque leur taux d’intérêt est habituellement fixe. En revanche, les titulaires d’un prêt hypothécaire à taux fixe pourraient être contraints de renouveler leur prêt à un taux plus élevé, notamment si celui-ci a été relevé plusieurs fois depuis le début du prêt.

Actions

Habituellement, lorsque les taux d’intérêt augmentent, les marchés boursiers se replient. Les particuliers et les entreprises ont tendance à moins dépenser puisque les taux d’intérêt des emprunts grimpent. Comme leurs dépenses diminuent, les entreprises recrutent moins d’employés ou procèdent à des mises à pied, ce qui se traduit par une baisse de productivité et des bénéfices moindres, et entraîne souvent une chute du cours des actions. Toutefois, si la hausse des taux est perçue comme un signe de confiance de la Banque du Canada dans l’économie, son incidence sur le marché boursier pourrait être moindre.

Obligations

Comme pour les CPG, les taux d’intérêt des obligations d’État sont fixes et les investisseurs récupèrent la totalité de leur placement initial à l’échéance. Elles offrent une plus grande souplesse que les CPG puisque les investisseurs peuvent les vendre à tout moment, mais il se peut alors qu’ils aient à le faire à perte. Les prix des obligations d’État et les taux d’intérêt évoluent habituellement dans des directions opposées : lorsque l’un monte, l’autre descend. Les obligations peuvent offrir un rendement plus élevé (c.-à-d. générer un revenu plus important que prévu) quand les marchés anticipent un relèvement des taux.

Comptes sur marge

Un compte sur marge est un compte de courtage qui permet aux clients d’accéder à des fonds supplémentaires en empruntant sur la valeur de leurs placements. Le taux d’intérêt fluctue de façon périodique, et s’il augmente, les coûts d’emprunt augmentent aussi. Ainsi, les clients doivent habituellement payer davantage pour emprunter sur la valeur de leurs placements existants.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.