Aller au contenu principal
RBC
La révolution des aptitudes se fait sentir aux quatre coins du Canada. Nous avons donc entrepris une discussion avec les Canadiens.

Il y a un an, RBC publiait Humains recherchés – Facteurs de réussite pour les jeunes Canadiens à l’ère des grandes perturbations, une étude inédite sur le passage d’une économie canadienne fondée sur les emplois à une économie fondée sur les aptitudes. On y traite des mesures prises par le Canada pour se préparer à cette transformation.

À la suite de ce rapport, nous avons décidé de prendre la route. Nous sommes partis d’Halifax pour nous rendre jusqu’à Victoria. L’objectif : communiquer nos résultats à 5 000 Canadiens dans le but de savoir en quoi les lacunes sur le plan des aptitudes changent notre façon d’étudier, d’instruire et d’exploiter nos entreprises.

Cette initiative a donné lieu à la rédaction d’un nouveau rapport, Combler les lacunes : Ce que les Canadiens nous ont dit au sujet de la révolution des aptitudes, qui met en commun les points de vue d’éducateurs, d’employeurs et de jeunes sur la révolution des aptitudes. Étonnamment, ce n’est pas tant le sujet de la technologie qui est ressorti de cette discussion, mais davantage celui des gens. Des Canadiens nous ont présenté des idées intéressantes, simples et ambitieuses, sur ce que nous pouvons faire pour nous préparer aux défis de l’avenir.

Selon eux, le Canada devrait s’attaquer en priorité aux enjeux suivants :

  • Promouvoir les arts et les sciences dans nos écoles
  • Développer les compétences de gestion dans l’économie numérique
  • Promouvoir les aptitudes numériques dans les secteurs traditionnels
  • Contribuer au perfectionnement des aptitudes des jeunes autochtones
  • Aider les petites entreprises à embaucher des étudiants

Notre prospérité à tous est directement liée à notre capacité à préparer les jeunes à réussir dans une économie mondiale qui évolue rapidement. Les thèmes et les idées qui sont ressortis de notre tournée pancanadienne sont porteurs d’avenir pour le Canada à l’approche de 2020.

Le monde du travail évolue, mais les jeunes Canadiens ont le potentiel, l’ambition et la force nécessaires pour y faire leur place.