Comment j’utilise mon CELI : trois témoignages personnels

Par RBC24 Décembre 2021

Les comptes d'épargne libre d'impôt peuvent être utilisés à de nombreuses fins. Voici comment trois investisseurs utilisent les leurs.

Cet article a été initialement publié dans le magazine Investisseur inspiré de RBC Placements en Direct.

Il n’y a pas de solution passe-partout en matière de styles de placement, d’élaboration de portefeuille ou d’objectifs. C’est pourquoi nous aimons écouter les gens s’exprimer sur leurs décisions et leurs choix de placement. Nous nous sommes tournés vers des investisseurs pour leur demander comment ils utilisent ou prévoient utiliser leurs comptes d’épargne libre d’impôt (CELI).

Voici ce qu’ils avaient à dire.

Alejandro* – Études

Âge : 32 ans

Quand avez-vous ouvert votre CELI?

J’ai ouvert mon CELI au milieu de la vingtaine.

Pourquoi en avez-vous ouvert un?

Mon ami m’ayant dit que c’était un excellent compte d’épargne, j’ai commencé à me renseigner à ce sujet. Ce compte me convenait, car je pouvais y verser des fonds auxquels je pouvais au besoin avoir accès. À ce moment-là, comme je ne savais pas vraiment ce que je ferais de mon épargne, je voulais avoir une grande latitude.

Avez-vous utilisé votre CELI et, dans l’affirmative, à quelle fin?

Oui, bien sûr. Il y a quelques années, j’ai décidé de faire une maîtrise en administration des affaires. J’ai trouvé un programme pour cadres qui me permettait de travailler pendant mes études. Néanmoins, mon CELI m’a servi à acquitter une bonne partie des droits de scolarité. C’était pratique : je pouvais retirer des fonds, puis les reverser l’année suivante.


Mia* – Hypothèque

Âge : 40 ans

Quand avez-vous ouvert votre CELI?

J’ai sauté sur l’occasion dès l’année où ils ont été lancés. Je pense que c’était en 2009.

Pourquoi en avez-vous ouvert un?

En fait, c’était simplement pour moi un outil d’épargne. J’aimais le fait que la croissance de mes placements dans le compte était libre d’impôt. Bien sûr, l’argent que j’ai investi provenait de mon revenu net. Cela dit, je n’avais pas vraiment de grands projets à financer à l’époque.

Avez-vous utilisé votre CELI et, dans l’affirmative, à quelle fin?

En tant que propriétaire, je cherchais des moyens d’accélérer le remboursement de mon hypothèque. J’ai décidé de retirer des fonds de mon CELI pour les affecter à mes versements hypothécaires. L’avantage, c’est que je disposais d’une somme plus élevée à cette fin grâce à la croissance de mes placements. J’aime aussi le fait que je peux y reverser les fonds que j’ai retirés… ce que je ferai dès que j’aurai remboursé mon hypothèque.


Sachin* – Retraite

Âge : 59 ans

Quand avez-vous ouvert votre CELI?

En 2009, soit à peu près au moment de la création de ce compte.

Pourquoi en avez-vous ouvert un?

Lorsque Jim Flaherty a annoncé le projet de création de CELI, j’étais curieux. J’étais au début de la cinquantaine et je m’étais toujours efforcé de cotiser régulièrement à mon REER. Je me rappelle que l’idée d’un « revenu de placement libre d’impôt » et de retraits libres d’impôt avait retenu mon attention. J’ai pensé que le CELI serait un autre bon mécanisme de placement en prévision de la retraite.

Avez-vous utilisé votre CELI et, dans l’affirmative, à quelle fin?

Oui, même s’il est censé servir en bonne partie pour ma retraite. Il y a quelques années, nous avons été invités au mariage d’un membre de la famille à l’étranger. J’ai alors décidé de puiser dans mon CELI pour y amener ma famille. Aucune restriction ne visant l’utilisation de l’argent retiré, j’ai eu facilement accès aux fonds de mon compte. En prime, je n’ai pas perdu de droits de cotisation : j’ai attendu quelques mois, puis j’ai pu reverser l’année suivante les fonds que j’avais utilisés.

Les plafonds de cotisation au CELI et d’autres règles se trouvent sur le site Web de l’Agence du revenu du Canada.

* Les noms et les renseignements identificatoires des clients ont été changés pour protéger leur anonymat.

Le présent article vise à offrir des renseignements généraux seulement et n’a pas pour objet de fournir des conseils juridiques ou financiers, ni d’autres conseils professionnels. Veuillez consulter un conseiller professionnel en ce qui concerne votre situation particulière. Les renseignements présentés sont réputés être factuels et à jour, mais nous ne garantissons pas leur exactitude et ils ne doivent pas être considérés comme une analyse exhaustive des sujets abordés. Les opinions exprimées reflètent le jugement des auteurs à la date de publication et peuvent changer. La Banque Royale du Canada et ses entités ne font pas la promotion, ni explicitement ni implicitement, des conseils, des avis, des renseignements, des produits ou des services de tiers.