Aller au contenu principal
RBC
Écologiste de formation, féministe de cœur et lauréate des Prix canadiens de l'entrepreneuriat féminin RBC 2021, Evelyne Nyairo a combiné son expérience et ses passions pour créer des produits doux pour la peau et pour l'environnement, ainsi qu'une marque attentive aux femmes.

Evelyne Nyairo est diplômée en science de l’environnement, en biologie et en chimie. Après ses études, elle a travaillé pour diverses sociétés d’ingénierie de l’Ouest du Canada, voyageant partout dans le monde pour soutenir des projets pétroliers et gaziers sur les plans de la gestion de la conformité, de l’intégrité des installations, de la conservation, de la gestion des déchets, et de la réduction des émissions. « J’ai visité des endroits parmi les plus bizarres et les plus effrayants », a-t-elle raconté au cours d’une récente conversation.

Lors d’un de ses voyages en Afrique centrale, elle a travaillé à proximité de magnifiques manguiers, au Chad. Elle a vu des enfants et leur mère grimper à ces arbres pour y cueillir des mangues à vendre à Evelyne. Au moment de payer les fruits, on lui a demandé de verser l’argent au mari, en signe de respect, même si c’était la femme qui avait vendu les mangues. « J’ai ressenti de la colère, et je me suis dit : ce genre de situation se produit partout dans le monde, sous diverses formes. » Evelyne s’est dit que s’en était assez, et qu’il était temps de créer des occasions permettant aux femmes de s’épanouir. C’est ainsi qu’elle a décidé de fonder une entreprise. « Mais pas n’importe quelle entreprise – une entreprise florissante qui aurait de l’influence. C’est comme ça qu’est née la marque Ellie Bianca », explique Evelyne, lauréate des Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC 2021, dans la catégorie Micro-entreprise du Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat.

Une marque pour les femmes, créée par des femmes

Evelyne a décidé de lancer des produits pour le soin de la peau, parce qu’elle avait l’impression que c’était une excellente façon pour les femmes de nouer des liens entre elles. « Nous utilisons toutes des produits pour le soin de la peau ; nous voulons toutes régénérer notre peau pour paraître plus jeunes. Je crois que beaucoup de choses nous lient entre femmes. Le soin de la peau crée également un lien avec les fournisseurs – il y a tellement d’ingrédients fantastiques en Afrique et ailleurs dans le monde, et ils proviennent pour la plupart du travail des femmes. Je voulais fonder une entreprise sociale, afin que nous puissions créer des occasions pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. » Evelyne explique qu’elle a à cœur de s’approvisionner auprès d’entreprises dirigées par des femmes – que ce soit pour ses ingrédients, pour la photographie ou pour la conception des emballages.

En ce qui concerne la formulation des produits, Evelyne s’en occupe elle-même afin de garantir que tous ses ingrédients sont sains. « Au début, j’ai fait appel à quelques laboratoires pour fabriquer mes produits, mais c’est devenu un problème, car ils incorporaient des ingrédients que je ne voulais pas. J’ai donc décidé de faire moi-même le travail », dit-elle en ajoutant que cela lui procure beaucoup de plaisir, car elle a l’occasion d’utiliser ses connaissances en chimie et en biologie.

Des débuts modestes, mais des objectifs ambitieux

Au lancement d’Ellie Bianca, Evelyne ne proposait qu’un simple baume pour les lèvres. « Je croyais qu’il serait facile de vendre du baume pour les lèvres, mais je me suis rendu compte qu’il y en avait trop sur le marché. » Depuis ces modestes débuts, Evelyne a bâti une vaste gamme de produits entièrement naturels, qui comprend plus de 35 articles référencés – et bientôt davantage.

En ce qui concerne ses ambitions pour l’avenir de son entreprise, Evelyne parle d’abord de l’impact qu’elle veut avoir. « Depuis le début, notre objectif a toujours été de soutenir un million de femmes. » Elle compte réaliser cet objectif par divers moyens, dont la bourse d’études Ellie Bianca, qu’elle a lancée il y a deux ans à l’intention des mères seules. « Je suis une mère seule, et, sans éducation, je n’aurais pas pu saisir les occasions qui se sont présentées à moi. ».

Elle a créé sa bourse d’études pour encourager plus de mères seules à suivre une formation postsecondaire. Chaque année, la boursière sélectionnée reçoit un soutien financier forfaitaire, constitué d’un pourcentage du chiffre d’affaires de l’entreprise et de dons de la collectivité. L’entreprise parraine aussi des garçons et des filles de l’Afrique qui sont désireux de faire des études, mais qui sont limités financièrement.

« Évidemment, nous voulons faire croître notre entreprise, dit Evelyne en expliquant que le succès d’Ellie Bianca permet de maximiser son impact social. Je suis un peu ambitieuse. Je veux bâtir une marque valant un milliard de dollars. Je dis souvent que les jeunes filles ne peuvent pas imiter des femmes qu’elles ne voient pas. Elles doivent voir des femmes ordinaires comme elles faire tomber les barrières ; ainsi, elles sauront que c’est possible. »

Evelyne aime dire : Si vos rêves ne vous font pas peur, ils ne sont pas assez ambitieux. Faites-vous peur, mais foncez quand même. Alors que plus de femmes que d’hommes lancent des entreprises, Evelyne croit qu’il est temps pour les femmes de passer à un échelon supérieur en créant de plus grandes entreprises. « Nous avons la force intérieure et la détermination pour le faire– nous avons ce qu’il faut pour surmonter les obstacles. Oui, il est difficile de bâtir une entreprise, et il y aura toujours des embûches qui vous mettront à l’épreuve. Nous devons nous préparer et donner à d’autres femmes la permission de faire comme nous. »

Un modèle gagnant

Déterminée à valoriser sa marque jusqu’au milliard de dollars, Evelyne s’appuie sur trois modèles d’affaires distincts pour atteindre ses objectifs. Premièrement, elle vend ses produits directement aux consommateurs, que ce soit en ligne ou en boutique. Deuxièmement, elle approvisionne des distributeurs et des détaillants de produits biologiques. Et troisièmement, sous une marque maison, elle vend des crèmes, des savons et des désinfectants pour les mains. « Grâce à ces trois modèles d’affaires, nous devrions croître lentement mais sûrement. Je ne veux pas précipiter notre croissance – je veux m’assurer que tout soit réfléchi ; je veux voir comment nous pouvons exploiter la technologie pour croître et pour commercer dans d’autres pays. »

Aujourd’hui, Evelyne poursuit un doctorat en stratégie et innovation. Elle étudie des façons d’exploiter la technologie pour favoriser l’innovation – sans oublier les valeurs de sa marque : faire des produits doux pour la peau et doux pour l’environnement, et être attentive aux femmes. Tout en bâtissant son entreprise, elle inspire les femmes d’affaires, elle encourage les mères seules, et elle donne aux femmes et aux filles la permission d’être ambitieuses.

Un autre article de la série « Femmes entrepreneures canadiennes » :

Areli Beauty : une marque de soins de la peau centrée sur le pouvoir d’agir et le bien-être personnel

Lire le suivant

Krave Granola : de bons ingrédients, des produits sur mesure, et la mission de redonner aux autres

Lire le suivant

Les entrepreneures changent les choses par leur esprit de leadership et d’innovation

Lire le suivant

La fondatrice de Canadian HR Solutions explique sa transition d’un poste dans le secteur des grandes entreprises à la vie d’entrepreneure dynamique, et comment elle a misé sur elle-même

Lire le suivant

Formation en STIM pour les jeunes du monde entier : comment Anu Bidani a transformé l’entreprise communautaire STEM MINDS en société mondiale

Lire le suivant

Sharing Our Cultures : promouvoir le multiculturalisme et l’inclusion à Terre-Neuve-et-Labrador

Lire le suivant

Les 5 conseils de Bryan et Sarah Baeumler sur le démarrage et la croissance d’une entreprise

Lire le suivant

Communauté et collectivité. La puissance du soutien local de Laila’s Cheesecake Co. #OccasionEnOr

Lire le suivant

#PetitesEntreprisesRéinventées : Du studio à l’espace virtuel : l’expansion de Soul Studio en période de COVID-19

Lire le suivant

Eugenia Duodu table sur les STIM pour changer la vie des jeunes

Lire le suivant

Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC : une célébration virtuelle soulignant l’impact et la réussite

Lire le suivant

L’entreprise de Sylvia Parris-Drummond impulse le changement pour les Afro-Néo-Écossais

Lire le suivant

Twenty One Toys: développer l’empathie et la résilience en cette période critique

Lire le suivant

Les femmes transforment le monde des affaires

Lire le suivant

Lily Tse raconte la fondation de Think Dirty, qui s’intéresse à la vraie nature des produits de beauté #maréalisation

Lire le suivant

Kathleen Quinlan nous parle du démarrage de Fiore Botanica dans sa cuisine #maréalisation

Lire le suivant

Comment les baby-boomers et les milléniaux façonnent l’avenir des petites entreprises

Lire le suivant

Transformation du transport par les nouvelles technologies

Lire le suivant

Jennifer Hamilton parle de la création d’un créneau commercial : Oxygen Yoga & Fitness #maréalisation

Lire le suivant

Saccade Analytics : 30 ans de recherche pour la création d’InSight, un appareil permettant de diagnostiquer plus de 200 troubles neurologiques #maréalisation

Lire le suivant

Les fondatrices de Routine expliquent comment la création de produits naturels propres a mené à la fondation d’une entreprise internationale prospère #maréalisation

Lire le suivant

Sommet canadien SheEO 2019 : À l’honneur, des agentes de changements positifs ouvrant la voie à un monde meilleur

Lire le suivant

Luann Baker-Johnson, fondatrice de Lumel Studios, parle de la création artistique dans le Grand Nord. #maréalisation

Lire le suivant

Le fondateur de LeDaveed, Andy Dale, mène son entreprise à sa façon #maréalisation

Lire le suivant

La cofondatrice de Walton Wood Farm donne des conseils éclairés aux jeunes entrepreneurs #maréalisation

Lire le suivant

Une innovation n’est efficace que si elle est adoptée : entrevue avec Janice Diner, fondatrice de Horizn #maréalisation

Lire le suivant

Joanna Griffiths, fondatrice de Knix, nous explique comment établir une entreprise au service d’une mission #maréalisation

Lire le suivant

Confiez-nous votre lessive : comment Vaundry emploie la technologie pour décharger ses clients d’une tâche fastidieuse #maréalisation

Lire le suivant

Dr. Marjorie Dixon parle des raisons pour lesquelles elle a fondé Anova Fertility & Reproductive Health #maréalisation

Lire le suivant

Habiliter les entrepreneures dès aujourd’hui pour bâtir un avenir meilleur

Lire le suivant

Toni Desrosiers parle des raisons pour lesquelles elle a fondé Abeego #maréalisation

Lire le suivant