Aller au contenu principal
RBC
Christy Laverty et Ken Lashley habitent Burlington (Ontario), à l'ouest de Toronto, et ont deux filles âgées respectivement de douze et quatorze ans.

Ils ont commencé à enseigner à leurs filles les rudiments de l’argent quand elles étaient très jeunes, estimant qu’elles étaient prêtes à entreprendre cet apprentissage qui leur profiterait toute leur vie.

Mme Laverty a sa propre entreprise, offrant des services d’accompagnement en matière de médias et de relations publiques, tandis que M. Lashley est bédéiste et a collaboré aux séries X-Men et Black Panther de Marvel Comics. Ils tenaient à ce que leurs filles aient très tôt leur propre compte de banque et une carte bancaire afin qu’elles puissent apprendre à faire des dépôts et des retraits sous leur supervision.

Nous voulions qu'elles comprennent que tout le monde doit travailler pour avoir de l'argent. Qu'on travaille à l'usine ou dans un bureau, l'argent représente des heures de travail.

L’argent représente des heures de travail

« Nous avons toujours jugé important de fixer des limites et de parler de ce que nous faisons, dit Mme Laverty. Nous voulions qu’elles comprennent que tout le monde doit travailler pour avoir de l’argent. Qu’on travaille à l’usine ou dans un bureau, l’argent représente des heures de travail.

« Il est essentiel que les jeunes sachent d’où vient l’argent et qu’il ne s’agit pas d’une ressource illimitée, ajoute-t-elle. Par exemple, à l’épicerie, il faut payer à la caisse, et on ne peut pas prendre tout ce qu’on veut sans réfléchir. »

Maintenant que leurs filles sont adolescentes et deviennent plus autonomes, certaines difficultés ont surgi relativement à l’argent. Par exemple, lorsqu’elles vont au centre commercial avec leurs amies, Mme Laverty et M. Lashley ne sont pas toujours là pour les aider à surveiller leurs dépenses. En prévision de telles situations, ils incitent leurs filles à dépenser avec discernement. À cette fin, ils leur posent des questions ouvertes et leur rappellent l’importance de conserver les reçus et de compter la monnaie qu’on leur remet.

Utilisation d’appareils technologiques

Mme Laverty considère que la technologie, particulièrement les téléphones cellulaires, crée des défis.

« Nos filles font partie d’une génération qui ne se pose pas de questions avant de visionner des vidéos en continu sur YouTube », lance Mme Laverty. Les parents parlent de consommation de données avec leurs filles et leur expliquent qu’elles devraient éviter de visionner des vidéos en continu quand elles vont au parc avec des amis. Ils les encouragent à utiliser des réseaux Wi-Fi connus, mais ils ont également modifié le forfait de données familial de façon à ce que les jeunes filles puissent augmenter leur consommation de données tout en respectant le budget familial.

L’un des aspects que Mme Laverty surveille de près est la question des applis pour téléphone. La possibilité d’effectuer des achats intégrés à des applis, par exemple dans des jeux populaires, peut faire grimper la facture mensuelle sans que les jeunes réalisent qu’ils dépensent de l’argent réel. « Les achats intégrés à des applis s’additionnent, dit Mme Laverty. Ce n’est qu’un dollar ou deux à la fois, mais ça peut représenter une facture additionnelle de 20 $ par mois. »

Le respect

Les parents ont remarqué très tôt que leurs filles avaient chacune sa propre façon d’agir à l’égard de l’argent. Si elles avaient toutes deux 20 $, l’une mettait l’argent de côté, l’autre le dépensait. L’une avait tendance à épargner, l’autre à dépenser.

Ils cherchent donc à respecter cette différence lorsqu’ils enseignent à leurs filles la façon de gérer leurs finances, et cette approche différenciée donne de meilleurs résultats, selon eux.

Les deux parents ont ainsi remarqué que leur fille de quatorze ans gère son argent plus prudemment depuis qu’elle garde des enfants. Sachant qu’il lui faut six heures pour gagner 60 $, elle réfléchit davantage avant de faire un achat. Mme Laverty espère que leur fille cadette suivra l’exemple de l’aînée quand elle commencera à travailler.

En définitive, estime Mme Laverty, un jeune qui comprend le lien entre l’argent et le travail remplit une condition essentielle pour devenir un adulte ayant une relation saine avec l’argent.

Vous trouverez sur le Centre RBC pour les parents d'autres conseils qui vous aideront à développer chez vos enfants et vos adolescents de bonnes habitudes relativement à l'argent.