Aller au contenu principal
RBC
Imaginez : vous travaillez d'arrache-pied depuis de nombreuses années et vous commencez à sentir que vous approchez de la ligne d'arrivée, sur la voie d'un avenir financier confortable. Puis, sans crier gare, un imprévu vous oblige à prendre votre retraite de cinq à dix ans avant la date prévue. Que faire ?

Ce n’est pas pour rien que les planificateurs financiers appellent la période de cinq à dix ans qui précède la retraite prévue la « zone à risque pour la retraite ». Durant cette période, vos plans et votre situation financière sont vulnérables aux imprévus tels qu’une perte d’emploi, la détérioration de votre santé ou de celle d’un proche ou encore un ralentissement des marchés.

Si vous devez malencontreusement vous retirer du marché du travail plus tôt que prévu, tout n’est pas perdu. Il est encore possible d’avoir une retraite réussie malgré les embûches. Voici trois mesures pour vous aider à reprendre les rênes de votre avenir et à établir un plan adapté à votre nouvelle situation.

1. Faites le point sur vos sources potentielles de revenu de retraite

Avant la retraite, vous comptiez sur votre revenu d’emploi pour couvrir vos frais de subsistance (et pour mettre de l’argent de côté pour l’avenir). La retraite comporte de nombreuses dimensions, les aspects sociaux et émotifs ainsi que le mode de vie, mais le volet financier est souvent le plus important. À partir du moment où vous quittez le marché du travail, vous devez instaurer une nouvelle stratégie pour couvrir vos frais.

La bonne nouvelle, c’est que si vous avez habité et travaillé au Canada avant votre retraite, vous avez fort probablement droit à de multiples sources de revenu de retraite garanti à partir d’un certain âge d’admissibilité. Ces sources de revenu comprennent les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) ou du Régime de rentes du Québec (RRQ) que vous pouvez commencer à recevoir à partir de 60 ans (les montants versés seront supérieurs si vous repoussez l’âge auquel vous demandez votre rente de retraite). Le revenu que vous recevrez sera fondé sur les cotisations que vous aurez versées aux régimes pendant votre vie active. Pour en savoir plus au sujet de ces deux régimes de retraite, consultez le site Web du gouvernement du Canada et le site Web du gouvernement du Québec.

En outre, vous pourriez être admissible à des prestations mensuelles du programme de la Sécurité de la vieillesse (SV) ou au Supplément de revenu garanti (SRG) à partir de 65 ans, qui viendront accroître de manière appréciable vos rentrées de fonds à la retraite. Les montants que vous recevrez dépendront du nombre d’années passées au Canada, de vos autres sources de revenu et de votre situation conjugale (c.-à-d., marié ou célibataire). Pour calculer les prestations de la SV et du SRG auxquelles vous pourriez avoir droit à la retraite, utilisez les ressources en ligne du gouvernement du Canada, qui vous aideront à déterminer votre admissibilité et à estimer les montants.

Lorsque vous passez en revue ces sources de revenu de l’État (RPC, RRQ, SV et SRG), n’oubliez pas qu’il s’agit de revenus garantis – les prestations vous seront versées à vie – et que le montant des prestations est recalculé quatre fois par année afin de les indexer au coût de la vie.

En plus de ce revenu de base garanti, vous participez peut-être à un régime de retraite d’employeur qui vous procurera un revenu mensuel à la retraite (dans le cas d’un régime de retraite à prestations déterminées) ou un compte à imposition différée duquel vous pourrez faire des retraits selon vos besoins (dans le cas d’un régime de retraite à cotisations déterminées).

Certains régimes de retraite à prestations déterminées peuvent être convertis en un versement forfaitaire si vous quittez votre emploi avant d’atteindre l’âge de 60 ou 65 ans ou de satisfaire aux conditions pour bénéficier d’une pleine pension. L’âge auquel vous avez le droit de commencer à recevoir des prestations ou à toucher aux fonds et l’indexation sur le coût de la vie ou non des versements sont des facteurs qui dépendent des règles qui régissent vos régimes ; pour en savoir plus, consultez l’administrateur de votre régime de retraite.

Finalement, vous avez peut-être de l’épargne personnelle qui vous permettra de combler vos besoins financiers à la retraite. Cette épargne peut prendre la forme d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) ou de comptes d’épargne ou de placement non enregistrés. Peut-être possédez-vous aussi des actifs tels qu’une résidence principale ou secondaire (p. ex., une maison d’été ou un chalet) susceptibles de vous procurer, si nécessaire, des ressources financières à la retraite.

Dans l’ensemble, vos sources potentielles de revenu à la retraite sont probablement plus nombreuses que vous ne le croyiez et ce, même si votre départ de la vie active survient plus tôt que prévu. Et comme il est possible de commencer à profiter de ces sources potentielles à différents âges, vous pourriez utiliser votre épargne personnelle en premier, puis commencer à recevoir des prestations du RPC ou du RRQ à 60 ans, suivies d’un revenu de retraite, de prestations de la SV et du SRG à 65 ans.

2. Envisagez des façons de générer de nouveaux revenus

Le concept de « retraite » n’est plus ce qu’il était. Si auparavant la retraite était synonyme d’un arrêt complet et définitif du travail, de plus en plus de Canadiens envisagent une fin graduelle de leur vie active au-delà de leur 65e anniversaire, un changement de carrière, du travail à temps partiel ou d’autres façons de générer des revenus qui diffèrent de leur profession antérieure.

Ainsi, si vous devez mettre fin prématurément et de manière imprévue à votre emploi principal ou à votre carrière, vous pourriez continuer de travailler et opter pour de nouvelles fonctions.

Continuer d’exercer une activité rémunérée est-il un choix approprié pour vous ? Votre capacité à générer de nouveaux revenus après avoir mis fin à votre emploi principal ou à votre carrière dépend de nombreux facteurs, notamment votre capacité à travailler et, si c’est le cas, votre volonté de continuer après votre départ anticipé imprévu de la vie active (p. ex., pour prendre soin d’un proche ou à cause de problèmes de santé). Si vous êtes en mesure de travailler et souhaitez le faire, vous constaterez sans doute que de nouvelles possibilités s’offrent à vous une fois votre carrière principale terminée.

3. Établissez un nouveau plan pour l’avenir

Aux étapes 1 et 2, vous avez évalué vos sources potentielles de revenu à la retraite, ainsi que votre capacité à compléter ce revenu au moyen d’un emploi (y compris comme travailleur autonome ou entrepreneur). Il est maintenant temps de réunir ces éléments afin d’établir un plan personnalisé.

La forme que prendra votre plan dépendra de votre situation particulière. Voici quelques éléments dont il faut tenir compte :

  • Combler un écart dans le revenu de retraite : Votre premier objectif pourrait être de combler vos besoins financiers entre le moment actuel et l’âge auquel vous deviendrez admissible aux prestations du gouvernement et commencerez à toucher des revenus de retraite d’autres sources (votre épargne personnelle ou un revenu d’emploi ou de travailleur autonome). Pour combler cet écart, vous avez le choix d’utiliser votre épargne personnelle, votre revenu d’un emploi rémunéré ou une combinaison des deux.
  • Changer votre mode de vie : Parmi les options qui s’offrent à vous, mentionnons le fait de déménager dans une maison plus petite, si vous êtes propriétaire de votre résidence, afin de convertir votre valeur nette immobilière en liquidités pour couvrir vos besoins financiers, d’avoir un mode de vie mieux adapté à votre situation actuelle ou de réduire vos frais de subsistance (une maison plus petite coûte moins cher en entretien et services publics).
  • Continuer d’exercer une activité rémunérée : Vous pourriez continuer de travailler, que ce soit en trouvant un autre emploi, en amorçant une nouvelle carrière, en prenant un poste à temps partiel ou saisonnier ou en devenant travailleur autonome ou entrepreneur. Une profession ou un métier vous a toujours intéressé ? C’est peut-être l’occasion de vous lancer !

 

Quel est le bon chemin pour vous ?

Lorsque vous établissez votre plan, gardez à l’esprit qu’il est possible de combiner différentes options selon l’évolution de vos besoins, de votre situation et de vos préférences. Si les décisions à prendre vous déroutent ou vous dépassent, le simple fait de noter vos options sur papier – et éventuellement d’en parler avec un ami ou un conseiller professionnel de confiance – vous aidera à y voir plus clair. Après tout, même planifiée, la retraite demeure un changement très important dans votre vie. Une retraite anticipée imprévue ajoute un élément de surprise à l’équation. Ayez recours à ces trois mesures pour reprendre les rênes de votre avenir en confirmant vos sources de revenu de retraite garanti et leurs dates de début, pour examiner les options qui s’offrent à vous pour générer un revenu d’emploi ou utiliser votre épargne personnelle, ainsi que pour trouver le meilleur chemin à suivre dans votre cas.

Pour savoir comment reprendre les choses en main, allez à Que faire en cas de retraite involontaire ?