Aller au contenu principal
RBC
Bien que les défis actuels en matière de chaîne logistique puissent être un jour résolus, les entreprises devraient se préparer à de futures perturbations probablement différentes de celles que nous vivons actuellement.

La chaîne logistique mondiale subit actuellement une pression énorme.

Le réseau complexe de camions, de navires et d’avions qui transportent des marchandises dans le monde entier a été mis à rude épreuve par des événements climatiques violents (incendies de forêt, inondations, etc.), par les tarifs douaniers liés au protectionnisme, par les pénuries de main-d’œuvre, et par l’essor rapide du commerce électronique.

Ajoutez à cela les perturbations de la production et de la logistique provoquées par la pandémie des deux dernières années – et plus récemment, par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a privé le reste du monde de marchandises essentielles –, et il apparaît clairement que la chaîne logistique mondiale intégrée d’aujourd’hui est particulièrement vulnérable.

Elle a rarement fait face à autant de défis en même temps.

« Avant la pandémie, les problèmes de chaîne logistique n’étaient jamais la préoccupation principale des entreprises, explique Josh Nye, économiste principal à RBC ; le conflit en Ukraine a exacerbé les problèmes d’approvisionnement. »

L’Ukraine est un grand producteur agricole, alors que la Russie est un grand producteur d’engrais et de pétrole. Le conflit entre les deux pays a contribué à l’augmentation des coûts de l’énergie, rendant plus coûteuses certaines activités de la chaîne logistique, comme la fabrication et l’expédition.

Les difficultés d’approvisionnement croissantes montrent dans quelle mesure la complexe circulation des marchandises est un pilier fondamental de l’économie mondiale.

« La situation révèle à quel point le monde actuel est interrelié, et à quel point tout le monde est exposé concrètement aux événements majeurs, explique Jerome Dagnaud, directeur général national, Solutions de commerce international, à RBC.

En raison de la vulnérabilité de la chaîne logistique aux événements mondiaux, il est important d’établir un système plus résilient pour l’avenir.

Renforcer la résilience de la chaîne logistique

Une chaîne logistique résiliente peut résister aux perturbations et se rétablir rapidement. Pour les entreprises concernées, il s’agit de mettre en place un système de gestion de la chaîne logistique comprenant des plans d’urgence en cas de pépin.

« Il est impossible de se prémunir contre tous les risques possibles, explique Jerome Dagnaud, mais je crois que les événements récents ont fait comprendre aux entreprises qu’elles doivent se soucier davantage de la chaîne logistique : elles doivent être plus agiles ; elles doivent protéger leurs approvisionnements ; et elles doivent être à l’affût des occasions. »

De nombreuses entreprises y parviennent en diversifiant leur chaîne logistique, c’est-à-dire en s’approvisionnant auprès de divers fournisseurs. « Pendant la pandémie, certains ont appris à leurs dépens qu’il est risqué de compter sur un seul fournisseur », ajoute M. Dagnaud.

Certaines entreprises choisissent aussi de s’approvisionner localement, même si cela peut coûter plus cher. « Il est nécessaire de prévoir des solutions de remplacement en cas de besoin. »

Certaines entreprises s’assurent d’avoir des stocks suffisants en cas de perturbation de la chaîne logistique ; ainsi, leurs activités ne sont pas immédiatement touchées. « Cela implique de mobiliser une plus grande partie de ses liquidités, ou d’augmenter sa marge de crédit bancaire. Il peut s’agir de solutions efficaces pour certaines entreprises de certains secteurs. Toutefois, même si le maintien d’un stock important peut constituer une bonne solution dans l’immédiat, il peut s’avérer très risqué à long terme, en raison des possibilités d’obsolescence, de vol ou de perte de valeur des stocks.

Le cas de LH Imports

L’entreprise LH Imports Inc. de Vancouver, qui distribue des meubles et des articles de décoration de grande qualité partout en Amérique du Nord, fait partie des sociétés canadiennes qui ont réussi, au cours des dernières années, à surmonter les perturbations de leur chaîne logistique.

Lors du premier confinement de mars 2020, LH Imports a dû prendre plusieurs décisions d’approvisionnement importantes : l’entreprise devait déterminer s’il valait mieux annuler des commandes afin de préserver ses liquidités et de prévenir des surplus de stocks. Toutefois, l’annulation de certaines commandes risquait de nuire à la relation de LH Imports avec ses fournisseurs, qu’on avait bâtie sur deux décennies.

LH Imports a donc décidé de n’annuler aucune commande. Au cours des mois suivants, elle a pris des mesures stratégiques pour composer avec le début de la pandémie : elle a entre autres rajusté ses prix et géré différemment ses réserves, afin d’assurer le roulement des stocks et de répondre à la demande de ses clients. Quelques mois plus tard, les ventes ont rebondi, particulièrement en ligne.

Évidemment, cette augmentation des ventes a été bien accueillie, mais elle a créé une nouvelle série de difficultés pour LH Imports, qui a dû déterminer rapidement quelle marchandise tenir en stock pour faire face à l’essor du commerce électronique provoqué par la pandémie.

« Il est impossible d’établir des prévisions dans le contexte actuel, dit Jade Merriman, vice-présidente, LH Imports. Vous ne savez pas quels stocks vous recevrez. De plus, avec le passage au commerce électronique, il est devenu plus difficile de déterminer les produits qui réussiront. »

La chaîne logistique est devenue encore plus imprévisible : LH Imports souligne que les stocks commandés en janvier 2020 sont arrivés environ huit mois plus tard, tandis que les commandes passées en septembre 2020 sont arrivées presque 18 mois plus tard.

LH Imports a surmonté les difficultés en gérant la vente en magasin et la vente en ligne comme des entreprises distinctes. À mesure que les commandes en ligne augmentaient, l’entreprise a ajouté de l’espace d’entreposage pour gérer plus de stocks, tout en tentant de gérer la hausse des coûts.

« Vous devez faire preuve de souplesse ; vous devez avoir plusieurs points de vente et être prêt à vendre ce que vous avez », dit Jade Merriman.

Renforcer la chaîne logistique grâce à la technologie

De plus en plus d’entreprises se tournent également vers la technologie pour réduire les risques liés aux perturbations de la chaîne logistique, car la numérisation croissante de l’économie mondiale procure certains avantages.

« La numérisation a augmenté rapidement, surtout au cours des deux dernières années durant la pandémie, alors que les entreprises cherchent à simplifier leur gestion. Celles-ci sont beaucoup plus connectées qu’elles ne l’étaient il y a deux ou trois ans, précise Jerome Dagnaud. Les mégadonnées, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique sont devenus courants dans bien des entreprises impliquées dans la complexe chaîne logistique mondiale. »

M. Dagnaud mentionne par exemple un logiciel de gestion de la chaîne logistique qui, grâce à l’intelligence artificielle, facilite la planification, l’approvisionnement en matières premières, la fabrication, la livraison et le retour des marchandises. De plus, la technologie peut fournir aux entreprises des données en temps réel sur la chaîne logistique, pour faciliter leur planification en cas de perturbation.

Dans un récent rapport, McKinsey & Co. mentionne que les grandes entreprises ont commencé à adopter des technologies de nouvelle génération pour gérer leur chaîne logistique, dont l’intelligence artificielle, l’apprentissage machine et l’analyse des données, afin d’accélérer la prise de décision et de paver la voie à la planification autonome.

Lors d’un sondage de McKinsey auprès de cadres en gestion de la chaîne d’approvisionnement, 90 % des répondants ont affirmé qu’ils prévoyaient revoir d’ici cinq ans leur utilisation des technologies de l’information dans la planification. De plus, quatre répondants sur cinq ont déclaré utiliser déjà ou s’attendre à utiliser l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine dans la planification.

Bien que le coût de la mise en œuvre de nouvelles technologies puisse constituer un obstacle (60 % des cadres supérieurs sondés par McKinsey ont déclaré qu’il fallait plus de temps et d’argent que prévu), on croit que la modernisation contribue à rendre les chaînes logistiques plus résilientes et plus efficaces.

« Cela peut sembler décourageant, mais la mise à niveau des systèmes de planification de la chaîne d’approvisionnement est faisable avec la bonne approche, déclare McKinsey dans un rapport. Et les avantages potentiels sont importants : de meilleurs mécanismes de planification, des systèmes qui correspondent mieux aux besoins de l’entreprise et, en fin de compte, une chaîne logistique plus efficace et plus résiliente. »

La voie de la résilience

Jerome Dagnaud explique que la résilience prend de nombreuses formes : l’utilisation de technologies de pointe, la diversification des fournisseurs et des clients, une logistique plus efficace, et une gestion des stocks améliorée, assortie d’une gestion de la hausse des coûts.

Bien que les défis actuels en matière de chaîne logistique puissent être bientôt résolus ou du moins atténués, les entreprises devraient se préparer à de futures perturbations probablement différentes de celles que nous vivons actuellement.

Par exemple, les effets des changements climatiques tels que les inondations, les incendies et les sécheresses ont perturbé et continueront de perturber la chaîne logistique. Une chaîne logistique résiliente peut contribuer à atténuer ces perturbations. À titre d’exemple, les entreprises qui ont diversifié leur chaîne logistique seront moins exposées aux perturbations causées par les événements climatiques dans une région donnée. De plus, les entreprises qui ont pris certaines mesures pour devenir plus durables, par exemple en devenant plus efficaces dans leur utilisation des ressources, seront moins exposées aux perturbations de la chaîne logistique.

« Plus les entreprises seront en mesure de se préparer et de s’adapter à ce qui est devenu une chaîne logistique très complexe et instable, et plus elles sauront sortir des sentiers battus, meilleure sera leur situation à long terme », affirme Jerome Dagnaud.

Les perturbations sont inévitables dans la chaîne logistique mondiale. La meilleure façon pour les entreprises d’y faire face consiste à se préparer. Les propriétaires d’entreprise prêts à relever d’un cran la résilience de leur chaîne logistique sont encouragés à chercher l’appui de partenaires comme leur spécialiste, Solutions de commerce international.