Aller au contenu principal
RBC
Jayne's Cottages, c'est Jayne McCaw. Cette propriétaire de chalet se disait qu'un plus grand nombre de gens visiteraient Muskoka l'été si la location de chalets était plus conviviale. Moins de cinq ans plus tard, son projet devenait une entreprise florissante.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les entrepreneurs réussissent à transformer leurs rêves en réalité ? Ce qui les motive à repousser les limites, à susciter le changement et à faire progresser leur industrie ? Dans notre série #maréalisation, des propriétaires de petites entreprises canadiennes racontent comment ils ont transformé leurs idées, leurs objectifs et leurs passions en réalité.

Jayne McCaw, fondatrice de Jayne’s Cottages et lauréate du prix Nouvelle entreprise des Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC 2019, raconte comment elle a mis sur pied son entreprise en s’appuyant sur la confiance et le service, le tout avec un investissement minimal. Jayne’s Cottages, un réseau de plus de 200 chalets de location de luxe, est une combinaison gagnante pour les propriétaires de chalet comme pour les vacanciers. L’entreprise propose un service de bout en bout qui met l’accent sur la satisfaction des propriétaires et un soutien constant à chacune des étapes.

Q. : Que faut-il savoir à propos de Jayne’s Cottages ?

Mme McCaw : Nous offrons un service haut de gamme de location de chalets de luxe. Nos clients bénéficient d’un guichet unique pour tous leurs besoins en matière de vacances, tandis que les propriétaires ont l’assurance qu’on prend bien soin de leur chalet. Nous aidons les vacanciers à trouver un chalet et leur proposons des services de conciergerie, comme les services d’un chef, la location de bateau, un trampoline gonflable ou encore la navette de l’aéroport jusqu’à Muskoka – tout cela fait partie du processus de réservation.

Q. : Qu’est-ce qui vous a incitée à démarrer votre entreprise ?

Mme McCaw : La convergence de toutes sortes de petites choses. Tout d’abord, j’ai l’entrepreneuriat dans le sang. J’ai grandi dans une petite ville où mon père était entrepreneur. J’étais persuadée que les propriétaires de chalet seraient prêts à participer à l’économie du partage si les démarches étaient simples et peu risquées, et si quelqu’un était prêt à se charger pour eux de tous les détails.

C’est bien connu, Muskoka est fréquentée par des gens riches et célèbres. La région représentait donc une belle occasion d’affaires. Le hic : les propriétaires ne veulent pas louer leur chalet à des étrangers sur les sites de location de vacances habituels. Ils tiennent à le louer à des gens en qui ils peuvent avoir confiance.

L’idée m’est venue lors d’un séjour en Provence auprès d’une compagnie de propriétés tout inclus. Le propriétaire a pris la peine de prendre un verre de vin avec nous, de nous donner des renseignements précieux sur la région et de nous offrir des services exceptionnels pour rendre notre séjour inoubliable. C’est là que l’idée a véritablement commencé à prendre forme.

J’occupais un poste en technologie qui ne me rendait pas heureuse, et je devais me déplacer de Toronto à Muskoka tous les week-ends – plus de trois heures de route. Je venais d’avoir 50 ans, et je réalisais que je voulais prendre le contrôle de ma vie. J’ai calculé que je pourrais assez bien m’en tirer avec seulement 15 chalets à louer, sans compter que je serais bien plus heureuse en étant ma propre patronne. Je voulais pouvoir mettre à profit tous mes talents sans relever de qui que ce soit.

Q. : Comment avez-vous transformé votre idée en entreprise viable ?

Mme McCaw : J’ai déboursé 10 000 $ pour avoir le statut d’agence de voyages, investi 300 $ dans un site Web et utilisé la meilleure technologie disponible. Lorsque j’ai lancé l’entreprise il y a cinq ans, des joueurs comme AirBnb, VRBO et d’autres entreprises de location en ligne occupaient déjà le marché, mais c’était surtout des entreprises locales et peu sophistiquées.

Forte de mon expérience en technologie, j’ai misé sur des techniques efficaces de référencement et de création de contenu. J’ai ainsi commencé avec 25 chalets, puis 60 et ensuite 120. Aujourd’hui, mon entreprise offre la location de plus de 200 chalets.

Q. : À votre avis, quel est le secret d’un contenu et d’un référencement efficaces ?

Mme McCaw : Notre contenu s’articule essentiellement autour de la beauté des chalets que nous louons. Parfois, une image vaut mieux que mille mots ! Par ailleurs, tous les mots clés (foyer, chambre Muskoka, Lac Rosseau, etc.) se trouvent toujours sur la première page. De cette façon, dès qu’une personne recherche de superbes chalets à louer à Muskoka, notre site arrive en tête des résultats. L’aspect techno de ma carrière m’a ainsi aidée à faire croître mon entreprise.

Q. : Quels autres moyens avez-vous pris pour faire croître votre entreprise ?

Mme McCaw : Le bouche-à-oreille est extrêmement utile, pour les propriétaires autant que pour les visiteurs. À Muskoka, nous avons ajouté 90 chalets l’année dernière.

Notre croissance passe aussi par des associations mondiales du secteur de la location de vacances. À titre d’exemple, nous participons activement aux activités de la VRMA (Vacation Rental Management Association), et mes propriétés figurent aussi sur ces sites Web.

La collectivité de Muskoka accueille bien les nouvelles petites entreprises prospères. Cet été, nous avons eu plus de 75 employés, dont plus de 50 étaient des résidents de Muskoka. Nous avons participé à l’économie d’ici, et la Chambre de commerce et le Bureau de développement économique de Muskoka Lakes nous ont approchés pour mieux connaître notre entreprise et savoir ce qu’ils peuvent faire pour nous aider à croître.

Q. : Les Centres d’excellence de l’Ontario vous ont octroyé une subvention de 75 000 $ en technologie pour la création de la plateforme logicielle de Jayne’s Cottages. Comment l’utilisez-vous ?

Mme McCaw : Nous développons un logiciel sur mesure en collaboration avec le programme d’études supérieures en TI spécialisé en analyse de mégadonnées du Georgian College. Ce logiciel nous aidera à croître plus rapidement et à prendre de l’expansion à l’échelle mondiale.

C’est une technologie de niveau supérieur. En fait, l’école veut aller plus loin que je l’aurais cru. Nous procéderons au déploiement en octobre. Nous bénéficions d’une autre subvention importante pour poursuivre l’intégration, ce qui nous permettra de créer une application mobile et d’autres types de logiciels à partir de la plateforme.

Ma vision est celle d’une nouvelle entreprise de technologie autonome basée à Muskoka. Les entreprises du monde entier utiliseraient notre plateforme pour améliorer leurs processus d’affaires.

Q. : Quelle est votre stratégie de croissance mondiale ?

Mme McCaw : J’ai établi des liens avec des gens qui œuvrent dans ce secteur aux quatre coins du monde. Ils offrent un excellent produit, mais ont besoin d’un coup de main pour commercialiser leurs propriétés. Des personnes dans les Alpes, en Afrique du Sud et en Toscane gèrent avec succès des propriétés locales avec service de conciergerie, et ont le même type de clients que moi. Je m’attends à offrir 15 autres emplacements à l’étranger d’ici l’année prochaine.

L’idée est la suivante : lorsque je m’entretiens avec des clients et propriétaires et qu’ils me disent où ils souhaitent passer leurs vacances, je peux les aider à trouver la propriété qui répond à leurs besoins. Je peux leur proposer, par exemple, de jeter un coup d’œil à l’une des propriétés de Jayne’s Cottages que gère Katie ailleurs dans le monde. Les voyageurs me font confiance. Et comme j’ai confiance en Katie et que je la leur recommande, ils vont réserver leur séjour avec nous.

Q. : Qu’est-ce qui distingue Jayne’s Cottage de services populaires comme AirBnb et VRBO ?

Mme McCaw : La principale différence est que vous avez la certitude de faire affaire avec une agence responsable qui offre des centaines de propriétés, des contrats, des évaluations et tout un réseau de confiance. Voilà ce qui nous distingue. Les entreprises comme AirBnb et VRBO ne vous permettent pas de parler directement à la personne qui représente les propriétés – il se peut donc que la réalité se révèle différente de ce qui a été annoncé.

Les vacances sont un moment bien spécial, et leur planification peut parfois être stressante. Vous planifiez depuis six mois, et vous tenez à ce que tout soit parfait. Vous voulez prendre les bonnes décisions, mais il est difficile de savoir précisément à quoi s’attendre. Les gens sont soulagés lorsqu’ils savent qu’on prend soin d’eux.

À chacune des étapes – de la sélection de la propriété qui répond le mieux à leurs besoins à la planification des activités qu’ils feront à l’arrivée –, nous accompagnons les clients et les aidons à résoudre tous les problèmes.

Q. : Comment conciliez-vous travail et vie personnelle ?

Mme McCaw : Mon entreprise est en quelque sorte le prolongement de moi-même. J’aime les jolies maisons, et j’ai toujours eu un bon sens de l’organisation : j’ai élevé quatre enfants tout en travaillant à temps plein ! Ma force est dans l’action. J’aime avoir beaucoup à faire. Pour moi, c’est tout naturel. Mais la conciliation travail et vie personnelle n’est pas chose aisée. Je suis responsable de tout : les problèmes de l’entreprise, les employés, les questions juridiques, etc. J’y pense constamment. C’est très difficile d’équilibrer le tout.

En novembre 2019, les réalisations de 23 femmes ont été soulignées par les Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC 2019. Animées par leur passion, leur sens des affaires et leur inébranlable motivation à remettre en question le statu quo, ces entrepreneures remarquables ont placé la barre plus haut en matière de service, d’innovation et de changement.