Aller au contenu principal
RBC
Si les crises boursières freinent un peu les stratégies de retraite les plus ambitieuses, une retraite anticipée demeure une option possible si vous avez un plan.

La plupart des travailleurs canadiens ont déjà rêvé de prendre leur retraite tôt pour consacrer tout leur temps à faire ce qu’ils aiment vraiment. Ou pour ne rien faire du tout.

À cinq ou dix ans de l’âge moyen de départ volontaire à la retraite au Canada (environ 66 ans selon Statistique Canada – un chiffre en progression), la retraite anticipée est-elle une option envisageable ?

Absolument, affirme Evan Hickey, planificateur financier, RBC Planification financière, à Halifax. Il suffit d’établir un plan financier flexible qui mènera l’investisseur à bon port, contre vents et marées, sans faire chavirer la barque dans les années précédant la retraite.« Obtenez un plan, vérifiez-le et suivez-le – idéalement avec l’aide d’un planificateur financier reconnu qui vous donnera des conseils au fil des ans pour réaliser votre objectif. »

M. Hickey recommande de répondre aux trois questions suivantes pour savoir combien vous aurez besoin d’argent une fois à la retraite, et n’oubliez qu’il faut prévoir pour de nombreuses années :

Quelles seront vos dépenses essentielles quand vous serez à la retraite ?

Pensez à vos besoins essentiels : nourriture, services publics, assurance auto, vêtements et taxes foncières.

Quelles sont les dépenses que vous n’aurez plus quand vous serez à la retraite ?

Si vous cotisiez à un régime enregistré d’épargne-études (REEE) et que vos enfants sont grands, qu’ils utilisent maintenant les fonds ou qu’ils ont leur diplôme, rayez cette dépense de la liste. C’est la même chose pour l’hypothèque, si elle est remboursée en entier. N’oubliez pas les petites dépenses que vous n’aurez plus : vêtements pour le bureau ou frais de transport, par exemple.

Quelles seront vos nouvelles dépenses ?

Si vous comptez prendre votre retraite tôt, vous ne vous tournerez pas les pouces et ne passerez pas vos journées sur Netflix pendant 30 ans. Vous aurez des passe-temps et des rêves à réaliser pendant que vous serez en santé. Même si les frais liés à la santé augmentent avec le temps, certaines dépenses pourraient être plus élevées pendant les premières années, surtout si vous voyagez beaucoup. Comment imaginez-vous votre retraite ? Si vous voulez parcourir le monde, acheter un condo en Arizona ou même jouer au golf deux jours par semaine, votre épargne retraite et les régimes gouvernementaux devront couvrir ces frais additionnels en plus de vos dépenses essentielles.

Les besoins financiers diffèrent d’une personne à l’autre, souligne M. Hickey. Faites l’exercice ci-dessus pour déterminer le revenu dont vous aurez besoin à la retraite. Plus la date de votre retraite approchera, plus vous discuterez avec votre planificateur financier de la planification fiscalement avantageuse de votre revenu de retraite et de solutions pour avoir assez d’argent tout au long de la retraite.

La bonne nouvelle ? Vous recevrez des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) ou du Régime de rentes du Québec et de la Sécurité de la vieillesse. Les Canadiens tirant en moyenne 12 500 $ par année de ces régimes (25 000 $ par couple). L’option de retraite anticipée semble dans les faits viable pour les baby-boomers qui hésitent à faire le saut.

Déterminer le montant de son portefeuille de retraite est une chose, mais comment être sûr de ne pas perdre de l’argent si le marché plonge au moment où vous quittez le marché du travail ? Ne dérogez pas de votre plan et diversifiez vos placements pour réduire les risques, conseille M. Hickey. Les placements à revenu fixe sont recommandés pour ceux qui partiront à la retraite dans 5 ou 10 ans, mais il faut continuer à viser la croissance en vue de rendements à long terme. En respectant votre plan, vous ne serez pas tenté de vendre vos titres en cas de dégringolade du marché ni de retirer votre argent des CPG et obligations, si le marché fléchit. Si vous vendez quand le marché est à la baisse, vous subirez des pertes et ne profiterez pas de la croissance lorsque le marché rebondira.

« Il vous faut un bon portefeuille équilibré et diversifié qui correspond à votre tolérance au risque, ajoute M. Hickey. Comme votre horizon de placement va au-delà des trois années qui vous séparent de la retraite, vous ne devez pas vous retirer du marché boursier et vous mettre à l’abri de tout risque. Il y a aussi la trentaine d’années qui suivront et vous voudrez avoir assez d’argent pour couvrir toute cette période. »

Pour la retraite anticipée, il y a une autre stratégie de planification à envisager, souligne Robert Gignac, conférencier financier et auteur du livre « Rich Is a State of Mind » (la richesse est un état d’esprit). Commencez par décider si vous voulez quitter complètement le marché du travail. Pour contrer les effets du fléchissement du marché, songez à travailler à temps partiel ou à alléger votre horaire pendant quelques années. Vous continuerez à toucher un revenu en attendant la reprise du marché financier.

« Votre revenu sera réduit, ajoute M. Gignac, mais vous aurez un petit coussin pour faire l’essai de la retraite anticipée et voir si cela correspond à vos attentes. »

M. Hickey convient que ce n’est pas tout le monde qui est prêt à dire adieu à la vie active, même lorsqu’on en a les moyens.

« Il ne suffit pas d’avancer en âge pour avoir envie de prendre sa retraite . Si vous aimez votre travail et que vous êtes heureux, faites comme si vous étiez « retraité » et continuez ainsi jusqu’à ce que vous n’en ayez plus envie. »

Cet article a été publié initialement dans le Globe & Mail en janvier 2016.