Le double quart des services de santé : lutte contre la pandémie et transformation numérique
Aller au contenu principal
RBC
Alors que les hôpitaux et les centres de soins font face à l'une des plus importantes crises de santé publique en un siècle, ils doivent aussi s'adapter à l'habilitation numérique.

Cet article a été publié pour la première fois sur le site Leadership avisé RBC le 16 juin 2020.


Alors que les hôpitaux et les centres de santé doivent affronter l’une des pires crises de santé publique du siècle, ils doivent procéder simultanément à leur passage vers le numérique. Ne mentionnons que les vidéoconsultations, les applications de traçage et le dépistage biométrique – des pratiques qui intègrent rapidement la nouvelle norme.

Nombre d’hôpitaux et d’entreprises spécialisées dans la technologie du Canada figurent déjà parmi les chefs de file au chapitre de l’innovation en santé. Dr Abhinav Sharma, professeur et chercheur au Centre universitaire de santé McGill, et Valérie Pisano, PDG de Mila (acronyme de Montreal Institute of Learning Algorithms), participent au balado Les Innovateurs RBC pour expliquer comment la pandémie a agi comme catalyseur de l’adoption de nouvelles technologies et de la transformation du système de santé canadien.

**Podcast en anglais

Dr Sharma a été surpris de voir à quelle vitesse les médecins et les professionnels de la santé se sont adaptés à la télémédecine en période de pandémie.

« L’adoption de cette technologie représente un énorme changement, lequel semble rudimentaire, explique-t-il. Mais pour un médecin, la prestation de soins de santé au téléphone ou au moyen d’une session Skype constitue tout un changement de paradigme. »

Il va sans dire que la capacité des professionnels en première ligne à s’adapter en temps réel repose sur le travail continu qu’a effectué la communauté technologique au cours des dernières années. Quand la crise de la COVID-19 a frappé, les chercheurs en technologie et en intelligence artificielle ont été en mesure de répondre sur-le-champ.

Selon Mme Pisano, dans les jours qui ont suivi l’éclosion de la pandémie au Canada, des douzaines de chercheurs du Mila se sont consacrés à près de 10 projets, dont l’un misait sur l’imagerie pulmonaire pour faire des tests de diagnostic et des analyses prédictives afin de suivre la trace du virus.

« On fait actuellement appel à l’intelligence artificielle de façons tellement variées », raconte Mme Pisano.

« C’est vraiment le contexte idéal pour tenter de repousser les limites de l’innovation et faire en sorte que ces technologies nous aident, nous, humbles et vulnérables êtres humains que nous sommes, à faire face à cette pandémie au cours des mois et probablement des années à venir. »

C’est une option que les chercheurs explorent.

Alors, à quoi peut-on s’attendre ? Voici quatre points à retenir :

1. L’avenir des soins de santé est ici. La pandémie de COVID-19 nous a montré que la prestation virtuelle de soins de santé était possible. La télémédecine et les visites médicales en ligne ne sont pas complexes en soi. Oui, il est encore nécessaire de se rencontrer en personne, pour toutes sortes de raisons, mais nous devons nous efforcer d’évoluer pour créer un meilleur système, plus inclusif et plus accessible.

2. Les données et la vie privée. Actuellement, nous avons l’occasion d’aider un plus grand nombre de Canadiens à s’occuper de façon proactive de leur santé. Mais, pour cela, la population doit être à l’aise avec l’idée que de nouvelles technologies et de nouveaux protocoles utilisent leurs données. La question consiste donc à déterminer comment clairement communiquer les avantages de ses nouveautés et les façons dont les données nous aident sur ce plan.

3. La santé est un concept mondial. Au Canada, nous mettons beaucoup d’emphase sur l’équilibre des pouvoirs entre les gouvernements fédéral et provinciaux. Pourtant, la pandémie a démontré que les problèmes de santé, tout comme leurs solutions, résident de plus en plus à l’échelle mondiale. Comment pouvons-nous nous assurer que les innovations canadiennes ont une portée mondiale ?

4. L’importance des êtres humains. Oui, la technologie va considérablement modeler le monde de la santé. Mais si les êtres humains n’adoptent pas cette technologie, le potentiel de celle-ci ne sera jamais pleinement exploité. Nous devons changer notre façon de considérer l’utilisation des technologies et le partage de données que cela sous-entend. Les chercheurs et les entrepreneurs peuvent concevoir les meilleurs équipements et outils d’intelligence artificielle qui soient ; il revient aux professionnels de la santé et aux patients de voir à ce qu’ils soient utiles au quotidien.

En cette période de lutte canadienne contre la COVID-19, les technologies des soins de santé n’ont jamais été aussi importantes. Le défi consistera à continuer d’innover et de miser sur nos assises pour créer un système qui est à la fois inclusif et accessible.