Aller au contenu principal
RBC
Pour la famille derrière Real Earth Bounty Holdings Ltd., la dimension humaine a toujours été au cœur – chocolaté – du succès de l'entreprise.

Cet article a été publié initialement par EDC. Le contenu et les images sont une gracieuseté de EDC.


Pour la famille derrière Real Earth Bounty Holdings Ltd., la dimension humaine a toujours été au cœur – chocolaté – du succès de l’entreprise.

Ainsi, quand les ventes ont chuté de 85 % avec l’arrivée de la COVID-19 en mars 2020, la famille était atterrée à l’idée de devoir licencier des employés. Elle n’exportait presque plus, alors que les exportations représentaient 65 % de ses recettes, et elle avait perdu une large part de ses commandes sur le marché canadien. Et rien pour adoucir ses difficultés financières!

Pourtant, l’entreprise a repris confiance et étendu sa présence au Canada, avec l’aide de RBC et de la Garantie − Programme de crédit aux entreprises d’EDC. C’est parce qu’elle a tenu bon qu’elle se trouve maintenant dans une situation enviable de croissance potentielle en 2021. En effet, à mesure que ses exportations repartent à la hausse, elle met en œuvre un plan visant à accroître ses exportations au-delà des chiffres d’avant la pandémie.

Une équipe père-fils

A.J. Singh est le propriétaire de Real Earth Bounty (REB), une entreprise de Colombie‑Britannique qui fabrique des friandises à base de fruits secs. Son fils, Manny, s’occupe de l’exportation et travaille comme consultant principal. Leur usine, certifiée SQF (qualité et salubrité des aliments), produit des friandises 100 % naturelles, faites de baies canadiennes et d’autres ingrédients de qualité importés. Mentionnons leurs fameux grains de café assortis de gingembre et nappés de chocolat au lait belge, de chocolat noir, de yogourt grec ou, depuis peu, de leur délectable caramel salé.

Quand les ennuis ont commencé

Manny et son père ont beau être soudés et avoir une très bonne relation, pour eux, tout n’a pas été rose en février 2020. À l’approche de la Saint-Valentin, REB faisait charger plus de 60 palettes de marchandises dans les camions de livraison, et puis le téléphone a sonné.

« C’était l’acheteur qui appelait pour me dire “on annule toutes les commandes. Je sais que les camions sont déjà tout prêts, mais ne chargez pas la marchandise » », se souvient Manny.

À la mi-mars, les ventes étaient presque nulles. Il était devenu impossible d’obtenir les ingrédients de l’étranger, et les employés demandaient à rentrer chez eux. Comme tant d’autres Canadiens, ils avaient peur de se rendre au travail à cause de la pandémie et de cette crise sanitaire mondiale que les experts avaient encore du mal à cerner. « On a fini par éteindre les lumières », raconte Manny.

Tous les acheteurs étrangers de Real Earth Bounty avaient suspendu ou annulé leurs commandes. En outre, les commandes de friandises préparées et emballées pour d’autres marques, qui constituent une grande partie des ventes de l’entreprise sur le marché canadien, étaient aussi annulées l’une après l’autre. Les ventes destinées aux rayons en vrac des supermarchés et aux grossistes ont également été interrompues pour des raisons de sécurité et de santé publique.

« Vous êtes à la maison en train d’écouter Netflix, et votre cerveau s’emballe, vous demandez vraiment si vous allez vous en sortir », raconte Manny. En discutant avec d’autres membres de l’Association canadienne des exportateurs à l’alimentation, il a compris que tout le monde vivait la même situation.

C’est quand le gouvernement a annoncé des mesures de soutien qu’ils ont eu un petit espoir. Ils ont alors décidé de se concentrer sur un modèle d’affaires à court terme tourné vers le marché canadien.

Ils ont aussi appelé Amit Garg, leur directeur de comptes de RBC. M. Garg a pu leur proposer des solutions qui leur donneraient immédiatement accès à un fonds de roulement. Une de ces solutions consistait à augmenter la capacité de crédit de Real Earth Bounty au moyen de la Garantie − Programme de crédit aux entreprises d’EDC, qui prévoyait qu’EDC couvre jusqu’à 80 % d’un prêt de RBC pour que celle-ci puisse soutenir les Singh sur le plan financier. C’était un choix judicieux : cette aide financière, combinée au nouveau modèle d’affaires de l’entreprise, leur a permis d’accroître graduellement leurs ventes, et ce, jusqu’à 75 % du volume de l’année précédente. Ils ont donc pu éviter de mettre à pied des employés.

Une solution et une nouvelle stratégie

Le processus déterminant l’admissibilité de Real Earth Bounty à la Garantie − Programme de crédit aux entreprises s’est avéré simple et efficace. Les Singh ont soumis leur demande dans le système en ligne d’EDC et ont reçu la confirmation de leur admissibilité le soir même. RBC a donc pu aller de l’avant. Pour Amit Garg, directeur de comptes de longue date, cette expérience s’est révélée fort satisfaisante. Ce genre de vérification prend souvent bien plus de temps.

« Cela a été une aide considérable qui est tombée à pic. Une sorte de bouée de sauvetage pour mes clients. Je ne saurais pas mieux la décrire, relate M. Garg. Aider nos petites et moyennes entreprises, c’est fondamental, car elles sont la colonne vertébrale de notre pays. Je recommande vivement la Garantie – PCE d’EDC, car c’est un des meilleurs produits que j’ai pu proposer à mes clients et à tous ceux qui sont admissibles. »

L’occasion d’explorer de nouveaux modèles d’affaires

Pour beaucoup, la pandémie a été synonyme de coups durs et d’échecs, mais pour d’autres, comme les Singh, cela a été l’occasion de se renouveler et d’explorer de nouvelles possibilités avec succès.

C’est cette même ténacité qui leur a permis d’être dans une position enviable de croissance en 2021. En effet, à mesure qu’ils recommencent tranquillement à exporter, ils mettront en œuvre un plan visant à agrandir leur usine et à accroître leurs exportations au-delà des chiffres d’avant la pandémie.

Et ça, c’est la cerise séchée nappée de yogourt sur le gâteau!