Aller au contenu principal
RBC
Les options sont nombreuses quand il s'agit de choisir une spécialité médicale et quantité d'éléments doivent être pris en considération. La série « Choisir une spécialité médicale » vous aidera à en apprendre davantage sur chaque spécialité et à déterminer laquelle correspond le mieux à vos valeurs, à vos intérêts et à vos aptitudes.

Un dermatologue traite les affections touchant la peau, les cheveux, les ongles et les muqueuses. C’est une spécialité qui peut être des plus valorisantes, car les dermatologues aident les gens à se sentir mieux dans leur peau. « Les problèmes dermatologiques, peut-être plus que les autres types d’affections, ont des conséquences émotionnelles négatives. Les affections cutanées, en particulier celles qui sont chroniques, peuvent avoir des effets néfastes sur l’estime de soi et la confiance en soi », explique le Dr Sheldon Pollack, dermatologue à la clinique Dermatology on Bloor, à Toronto, et professeur agrégé en médecine à l’Université de Toronto.

Journée typique d’un dermatologue

Généralement, les dermatologues rencontrent leurs patients en consultation externe, dans des cliniques, bien que certains travaillent dans des hôpitaux, des centres de recherche ou des universités. Ils traitent une clientèle diversifiée allant des nouveau-nés aux personnes âgées. L’acné, l’eczéma, la calvitie, le cancer de la peau et la mycose des ongles comptent parmi les affections les plus couramment traitées par les dermatologues.

« L’éventail de traitements pour les affections cutanées est probablement le plus vaste dans le domaine médical », ajoute le Dr Pollack. En effet, il existe toute une panoplie de traitements employant des crèmes anti-infectieuses, des médicaments immunodépresseurs, des rayons ultraviolets, des rayons lasers ou des chirurgies mineures.

Les dermatologues peuvent opter pour une spécialité ; en voici quelques exemples :

  • Dermatologie pédiatrique : spécialisée dans le traitement des affections touchant les cheveux, la peau et les ongles des enfants, par exemple les génodermatoses, l’eczéma, le vitiligo (dépigmentation de la peau), les grains de beauté, et même le cancer de la peau.
  • Dermatologie esthétique : spécialisée dans le traitement esthétique de la peau, par exemple le traitement des rides, de l’affaissement de la peau et des cicatrices.
  • Chirurgie dermatologique : spécialisée dans les chirurgies visant à traiter certaines affections cutanées, comme le cancer.
  • Recherche clinique : spécialisée dans la recherche permettant de mettre au point de nouveaux appareils et médicaments pour traiter les patients.

Par exemple, le Dr Pollack est spécialisé en dermatologie esthétique. Ses patients viennent le consulter pour le traitement de lésions cutanées ou de cicatrices, des traitements au laser et des traitements de rajeunissement du visage.

Quel est l’aspect le plus valorisant de la profession de dermatologue ?

Comme dans de nombreux autres domaines de la médecine, il faut souvent plus d’une approche thérapeutique pour traiter les affections cutanées. Comme une affection cutanée est généralement visible, le manque de progrès dans son traitement peut être une source de frustration tant pour le patient que pour son médecin.

Comme les médecins de famille, les dermatologues établissent souvent des liens étroits avec leurs patients. « Une fois guéris, les patients des dermatologues sont des plus reconnaissants : ils ont été soulagés de malaises ou de démangeaisons, ou le problème visible qui les mettait mal à l’aise a disparu, ajoute le Dr Pollack. Je peux aider mes patients à se sentir plus confiants dans leur apparence. C’est là un aspect particulièrement valorisant de ma spécialité. »

L’un des autres avantages, pour les dermatologues, est la conciliation travail-vie privée. En effet, la plupart des dermatologues peuvent choisir leur horaire et leur charge de travail.

Combien gagnent les dermatologues ?

Les perspectives pour des dermatologues sont plutôt bonnes. Selon l’Association médicale canadienne, le salaire moyen d’un dermatologue au Canada est d’environ 410 000 $ par année, avec une proportion moyenne de 35 % du revenu affectée aux frais généraux.

Articles connexes : 20 spécialités les plus recherchées au Canada

Que faut-il pour devenir dermatologue ?

Il est difficile d’intégrer le milieu de la dermatologie – c’est une spécialité pour laquelle, au Canada, il n’y a que quelques dizaines de places offertes dans des programmes de résidence. « Par conséquent, les étudiants qui envisagent de faire carrière en dermatologie devraient d’abord tenter de faire un stage dans une clinique de dermatologie », explique le Dr Pollack. Un tel stage peut vous aider à déterminer s’il s’agit d’une spécialité qui vous intéresse vraiment. Ensuite, comme le suggère le Dr Pollock, il serait bon d’obtenir un préceptorat d’été ou un poste de recherche, ou de publier un article dans un journal professionnel, pour augmenter vos chances d’obtenir une place dans l’un des huit programmes de résidence au Canada.

Une fois résident en dermatologie, vous suivrez pendant cinq ans des formations en médecine et en chirurgie.

Autres ressources :

Articles connexes :