La technologie en santé peut créer de meilleures expériences pour les patients
Aller au contenu principal
RBC
La technologie continue de transformer le domaine de la santé à un rythme croissant. Lors d'un récent événement conseil RBC : soins de santé, technologie et avenir, des experts ont discuté du lien entre santé et technologie.

La technologie a une incidence sur l’expérience des patients et les traitements qu’ils reçoivent, la gestion des hôpitaux, la formation des médecins et l’efficacité sur le plan administratif. Au cours des dernières années, la technologie a grandement influé sur divers secteurs de la santé :

  • Les rendez-vous virtuels ont contribué à combler l’écart entre l’offre et la demande en soins de santé.
  • Les dispositifs médicaux portables permettent de surveiller la quantité d’exercices effectués par des patients, leurs niveaux de saturation en oxygène, leurs niveaux d’insuline et plus encore.
  • L’intelligence artificielle et l’apprentissage machine facilitent les études à grande échelle auprès de patients et la modélisation prédictive peut efficacement réduire le recours à l’approche essais-erreurs en matière de traitements.
  • La réalité virtuelle peut aider les médecins à accélérer les possibilités de formation et à approfondir leurs compétences.
  • La télémédecine offre la possibilité d’assurer des soins dans les régions éloignées. Par exemple, les traitements virtuels jouent un rôle essentiel en soins de santé mentale, alors que les patients – et les hôpitaux – dans les régions éloignées ont généralement un accès plus limité aux praticiens en santé mentale.

Si la technologie fait progresser l’expérience des patients et des médecins de bien des façons, le DrVincent Agyapong et Kyle Nishiyama, conférenciers invités à un événement conseil RBC, ont mis en évidence deux secteurs sur le point de connaître d’importants changements, peut-être même inattendus

La
technologie dans le traitement de la santé mentale

Le Dr Vincent Agyapong est professeur clinique et le premier directeur de la division de psychiatrie communautaire du département de psychiatrie de l’Université de l’Alberta. C’est également le créateur du programme Text4Mood, reconnu par le Réseau d’innovation en santé mentale (dont le siège social se situe au Département Santé mentale et abus de substances psychoactives de l’Organisation mondiale de la Santé).

undefined

Dr Vincent Agyapong

L’initiative du Dr Agyapong démontre comment des textos de soutien peuvent grandement améliorer le sentiment de bien-être et la qualité de vie globale des personnes qui souffrent d’anxiété, de dépression, de stress ou d’autres problèmes encore plus graves qui peuvent mener à des idées suicidaires.

Dès le début de la crise de la COVID-19, le Dr Agyapong a réussi à obtenir des subventions afin d’étudier les effets éventuels de son programme sur 32 000 abonnés pendant une période de six semaines.

Au cours de la période d’évaluation de six semaines, des textos positifs et pertinents ont été envoyés à des personnes qui avaient fait part de sentiments de stress et d’anxiété. Par la suite, le médecin a pu constater une réduction statistiquement significative des niveaux de stress et une amélioration de l’humeur et de l’attitude chez les personnes étudiées.

Par exemple, les participants étaient fortement d’accord avec les énoncés

  • 72,1 % — Les textos ont
    amélioré leur qualité de vie
  • 83,1 % — Ils ont amélioré
    leur bien-être mental global
  • 70,8 % — Les textos les ont
    aidés à faire de meilleurs choix
  • 77 % — Ils avaient le
    sentiment de pouvoir rebondir après avoir fait une erreur

Qui plus est, près de la moitié des participants ont indiqué que les textos les avaient aidés à affronter la solitude et plus de la moitié d’entre eux ont déclaré qu’ils les avaient aidés à faire face à la dépression. Deux tiers des participants ont indiqué que les textos les avaient aidés à gérer leurs problèmes de stress et d’anxiété.

La réussite du programme Text4Mood montre à quel point les soins virtuels peuvent avoir une incidence positive sur la santé mentale des patients, et ce, même s’ils sont prodigués au moyen de textos.

Le Dr Agyapong a conclu son allocution en soulignant que les patients et le système de santé s’attendent tous à ce que la technologie les aide dans leur parcours dans le domaine de la santé. L’adoption de technologies par les professionnels pourrait jouer un rôle essentiel afin de maintenir leur degré de pertinence et d’efficacité.

La technologie au service de l’expérience des
patients

Kyle Nishiyama a cofondé Mikata Health, une entreprise de technologie en Alberta dont la mission est d’aider les cliniques à offrir des soins exceptionnels à tous leurs patients. Il a axé son allocution sur la façon dont une expérience unifiée représente l’avenir en matière de soins.

undefined

Kyle Nishiyama

Une expérience unifiée permet de regrouper les soins en personne, le numérique et l’automatisation. Selon lui, cette tendance représente l’avenir en soins de santé.

De plus, une expérience unifiée permet de traiter chaque client individuellement et d’anticiper ses besoins. Entre-temps, les interactions se déroulent au moyen de modes de prestation physiques et numériques, avec des transferts harmonieux.

Kyle Nishiyama cite le secteur financier à titre d’exemple d’une expérience unifiée : les clients peuvent se rendre en succursale pour discuter de besoins complexes, tout en ayant la capacité de payer leurs factures en ligne. Les demandes automatisées de carte de crédit donnent lieu à des séances de clavardage, et à de multiples points de contact entre les clients et les fournisseurs.

Il a ensuite expliqué qu’une telle expérience unifiée pouvait s’appliquer aux soins de santé et que le moment était venu d’adopter ce genre de modèle, et ce, en raison avant tout de trois bouleversements importants dans ce secteur :

  1. La
    nature des soins change, tant pour les cliniques que pour les médecins. On
    remarque une augmentation des maladies chroniques, des besoins en santé
    mentale et d’autres pathologies complexes. Ce type de soins est
    particulièrement exigeant pour les praticiens de soins primaires et de
    soins familiaux.
  2. On dénote un manque d’efficacité
    dans la prestation de soins. De nombreuses études ont démontré que les médecins
    passent la moitié de leur journée devant un ordinateur. La saisie de données,
    la consignation de notes au dossier et les tâches administratives grugent le
    temps qu’ils pourraient consacrer à leurs patients.
  3. Les attentes des patients
    évoluent. Ils bénéficient d’excellentes expériences unifiées dans d’autres
    domaines. Pourquoi pas en santé ?

Bien que l’émergence de fournisseurs de soins uniquement numériques offre des avantages sur le plan de la commodité, cela présente aussi des inconvénients. Si les gens peuvent utiliser le numérique pour les consultations moins complexes, un mode de prestation essentiellement numérique pourrait signifier la disparition des contacts humains.

Alors, comment peut-on regrouper ces modes de prestation au profit à la fois des patients et des professionnels de la santé ?

Avec la bonne combinaison, les patients pourraient profiter d’une expérience de meilleure qualité axée sur la commodité et l’efficacité. Les médecins, pour leur part, pourraient assister à une hausse de la fidélité, de l’efficacité et du travail à valeur élevée découlant des interactions humaines. Kyle Nishiyama suggère le recours à des outils comme des instructions et une assistance virtuelle avant la prise de rendez-vous afin d’améliorer l’expérience. Il recommande également l’utilisation d’outils automatisés pour informer les patients, de données générées par les patients au moyen d’applications mettant à contribution les intuitions, et de systèmes numériques de triage afin de réduire le temps d’attente pour les patients.

En dirigeant certaines tâches courantes vers des modes de prestation numériques, les professionnels de la santé pourraient revenir à ce qu’ils font le mieux et à ce qu’ils aiment le plus, soit tisser des liens significatifs avec leurs patients.

« La technologie ne devrait jamais éclipser l’expérience humaine qui est essentielle aux soins des patients. Il s’agit de trouver le bon équilibre entre ce que les humains font le mieux et ce qui peut être confié à la technologie. »

En établissant un équilibre entre les capacités et les efficiences de la technologie, et entre les intuitions et l’expertise des médecins, les fournisseurs de soins de santé pourraient offrir de meilleures expériences tant pour les patients que pour le corps médical, ce qui pourrait mener à un Canada en meilleure santé.