Aller au contenu principal
RBC
Pour un médecin, ouvrir sa propre clinique peut être un choix satisfaisant, mais qui présente tout de même des défis. Par exemple, vaudrait-il mieux vous joindre à une clinique existante ? Voici ce qu'il faut savoir pour faire le bon choix.

Comme toute décision importante liée à votre carrière, ouvrir votre propre clinique présente des avantages et des désavantages. Vous aurez plus d’autonomie en ce qui a trait aux horaires et à vos interactions avec les patients, et vous serez en mesure d’influer davantage sur la culture du lieu de travail, sur les services offerts et sur votre revenu.

Par contre, en plus d’exercer la médecine, vous devrez consacrer beaucoup de temps à des tâches liées au démarrage et à la gestion de votre clinique. Notamment, vous devrez :

  • Créer un plan d’affaires
  • Obtenir du financement
  • Trouver des locaux
  • Veiller à l’achat et à l’installation d’appareils, d’équipements et d’autre matériel
  • Embaucher et gérer le personnel
  • Facturer les services offerts et résoudre les problèmes

 

Vous joindre à une clinique déjà établie

Si vous désirez vous engager dans un parcours plus simple et prévisible, vous pourriez vous joindre à une clinique existante. Puisque les tâches administratives exigeront beaucoup moins de temps et d’efforts que si vous aviez ouvert votre propre clinique, vous aurez plus de temps à consacrer à la pratique de la médecine.

Bien sûr, vous aurez moins d’autonomie, mais vous saurez à quoi vous attendre au chapitre du salaire, des avantages sociaux et des responsabilités.

Comment déterminer si ce choix vous convient ?

Pour vous assurer de faire le bon choix, vous devez tenir compte de vos priorités et de votre personnalité. Voici cinq questions à vous poser :

1. Quels sont vos objectifs de carrière ?

Réfléchissez aux objectifs que vous désirez atteindre en tant que professionnel de la médecine. Y a-t-il des projets cliniques ou de recherche qui vous tiennent très à cœur ? Préféreriez-vous jouer un rôle durable au sein d’une seule clinique ou acquérir une expérience diversifiée en travaillant successivement dans plusieurs endroits ? Y a-t-il des collectivités en particulier auxquelles vous aimeriez offrir vos services ? À quel âge aimeriez-vous prendre votre retraite ?

Projetez-vous dans l’avenir pour une période de cinq à vingt-cinq ans, et demandez-vous quels objectifs vous aimeriez atteindre. Cela vous aidera à préciser vos priorités et à choisir un cadre de travail approprié pour les réaliser.

2. Combien de temps et d’efforts pouvez-vous investir ?

L’ouverture d’une clinique représente non seulement beaucoup de travail, mais aussi un important investissement de temps. Vous devrez rédiger un plan d’affaires détaillé, obtenir des licences et des permis, trouver des locaux, embaucher et former des employés, et élaborer une stratégie de marketing et de croissance.

Si vous avez déjà de la difficulté à maintenir un équilibre entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle, vous préférerez peut-être commencer par acquérir une certaine expérience en vous joignant à une clinique établie. En revanche, si vous êtes en mesure de travailler selon un horaire souple et de vous investir de façon soutenue, durant des mois, dans un effort intellectuel et physique, il y a de bonnes chances que vous trouviez plus stimulant d’ouvrir votre propre clinique.

3. Le travail de gestion d’une clinique vous intéresse-t-il ?

Ouvrir une clinique équivaut à démarrer une entreprise. En plus de votre compétence comme médecin, vous devrez posséder un talent pour les affaires et des aptitudes pour le leadership. Vous devrez notamment faire concurrence dans votre région, déterminer les caractéristiques démographiques de votre clientèle cible et établir une stratégie de marketing visant à attirer de nouveaux patients.

Si vous rêvez de conjuguer interactions avec les patients et gestion d’une clinique, l’ouverture de votre propre clinique pourrait être le défi stimulant que vous recherchez. Par contre, si vous préférez vous investir complètement dans l’exercice de la médecine, il vaudrait peut-être mieux vous joindre à une clinique existante.

4. Comment financerez-vous votre clinique ?

Ouvrir une clinique peut coûter cher. À eux seuls, le loyer et les coûts de démarrage, comme l’abonnement aux services publics et l’installation d’équipements médicaux, peuvent se chiffrer en centaines de milliers de dollars. Le financement nécessaire pour partir du bon pied pourrait donc être considérable.

Votre situation financière le permettra-t-elle ? Peut-elle soutenir votre plan d’affaires ? Devrez-vous demander un prêt ? Êtes-vous en mesure d’assumer cette obligation financière ? Si vous avez besoin d’aide pour évaluer votre situation financière et désirez recevoir des conseils concernant des solutions financières, adressez-vous à l’un des spécialistes, Services aux professionnels de la santé RBC.

5. Pourquoi songez-vous à ouvrir votre propre clinique ?

Après tout, vous devez savoir pourquoi vous envisagez de vous engager dans cette voie. Est-ce parce que vous désirez être votre propre patron ? Ou parce que vous êtes plus productif quand vous travaillez seul ? Dressez une liste de vos motivations et assurez-vous d’avoir de solides raisons pour entreprendre cette aventure.

Ouvrir votre propre clinique est une excellente façon de vous assurer plus d’autonomie pour la gestion de votre carrière, mais exige des efforts considérables. Avant de prendre une décision, évaluez les options et faites des recherches.

Pour de plus amples renseignements, consultez le document intitulé Starting a Practice : A Guide for New Physicians (en anglais seulement) publié par l’Association médicale de l’Ontario.