Aller au contenu principal
RBC
Jennifer Hamilton a toujours été une passionnée d'activité physique. Sous sa direction, ce qui n'était qu'un simple studio de yoga en 2012 est devenu Oxygen Yoga & Fitness, une entreprise comptant plus de 70 établissements au Canada.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les entrepreneurs réussissent à transformer leurs rêves en réalité ? Ce qui les motive à repousser les limites, à susciter le changement et à faire progresser leur secteur ? Nous avons eu l’occasion de le demander à des propriétaires de petite entreprise du Canada.

Jennifer Hamilton, finaliste du prix Dynamisme RBC décerné dans le cadre des Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC 2018, est la fondatrice du très tendance studio Oxygen Yoga & Fitness, le tout premier studio de yoga chaud à infrarouge lointain au Canada. Santé, activité physique et bien-être psychologique sont une véritable passion pour Jennifer Hamilton, qui a transformé un studio de yoga en une entreprise comptant 70 établissements au Canada.

Interviewée récemment au sujet de son parcours étonnant et inspirant, Jennifer Hamilton a parlé du rôle de la détermination, de l’effort et de la passion dans sa réussite.

Q. : Qu’est-ce qui vous a incitée à démarrer Oxygen Yoga & Fitness ?

J. Hamilton : J’ai toujours été une passionnée d’activité physique. L’exercice crée chez moi un sentiment de bien-être que j’ai voulu communiquer en créant un endroit où les gens pourraient canaliser leur énergie. J’ai ainsi conçu un modèle d’affaires centré sur quelque chose qui me tient très à cœur. La santé et la forme physique sont des fondements de la vie de toute personne.

J’ai eu une autre entreprise auparavant. Au terme de son expansion, elle comptait 59 établissements. Cette expérience m’a familiarisée avec le concept de durée de vie. J’ai vu la croissance de cette entreprise atteindre un sommet, puis amorcer un plateau. J’ai vendu l’entreprise lorsque j’ai vu que les indicateurs de notre modèle d’analyse commençaient à fléchir.

Pour créer Oxygen, j’ai acheté un studio de yoga existant auquel j’ai intégré la notion de mise en forme. Dans le secteur de l’activité physique, l’attrait d’activités « à la mode » comme les camps d’entraînement, la danse aérobique sur marche, le kick-boxing, etc., a tendance à se maintenir durant sept ans. L’avantage du yoga est qu’il est indémodable : il est pratiqué depuis des milliers d’années. J’ai conjugué mise en forme et yoga selon une formule très particulière misant sur l’utilisation de rayonnements infrarouges. Le résultat est formidable.

Certains jours, les gens ont envie d’une session fusionnant yoga et mise en forme ; d’autres jours, ils veulent simplement se détendre et reprendre contact avec leur corps, ou faire des étirements en profondeur. Notre programme est suffisamment varié pour plaire à tous et pour contribuer à maintenir l’intérêt. Personne ne s’ennuie.

Q. : La concurrence qui règne dans le domaine du yoga sous infrarouge constitue-t-elle un défi pour votre entreprise ?

J. Hamilton : À mes yeux, la concurrence et l’imitation sont avant tout un compliment. Cela dit, certaines initiatives – comme les relations que j’ai établies avec Costco et Blackhawk, ou notre programme de cartes-cadeaux – nous assurent de conserver une longueur d’avance.

Q. : Diriez-vous que vous donnez la priorité au travail « dans l’entreprise » ou « sur l’entreprise » ?

J. Hamilton : Je consacre la majeure partie de mon temps à gérer l’entreprise. Toutefois, lorsqu’un nouvel établissement ouvre ses portes, je me rends habituellement sur place afin de donner un cours. Le rôle d’instructrice me remet immédiatement en contact avec ma passion. J’aime tellement voir les sourires illuminer les visages après un cours.

J’adore aussi animer un cours de tonus à haute intensité spécifiquement centré sur les muscles abdominaux et fessiers. C’est ma spécialité. C’est vraiment très intense, et je trouve toujours un moyen de me libérer pour 30 minutes.

Q. : Quelles sont les personnes qui vous ont appuyée dans votre parcours ?

J. Hamilton : J’ai naturellement reçu un immense soutien de ma famille. Je suis chef de famille monoparentale et j’ai trois enfants.

J’entretiens des relations très étroites avec bon nombre de mes franchisés. Nous collaborons en vue de la réussite de tous. J’ai aussi mis sur pied une équipe de conseillers composée de mes franchisés-maîtres. Tous ensemble, nous réfléchissons aux moyens de favoriser la croissance.

Q. : Qu’est-ce qui vous a amenée à prendre la décision d’octroyer des franchises ?

J. Hamilton : Un jour, durant un cours, quelqu’un a dit : « Je veux une entreprise comme celle-ci. » Ça m’a fait réfléchir aux possibilités de franchisage et j’en ai discuté avec la personne. Celle-ci voulait ouvrir un studio à Mission, en Colombie-Britannique. J’ai plutôt suggéré Langley, de l’autre côté du fleuve, car à l’époque certaines personnes devaient faire un trajet d’une heure et demie en voiture pour suivre un cours.

Même si je ne cherchais pas à donner de l’expansion à l’entreprise, l’octroi d’une franchise a créé une possibilité d’ouverture et de partage, et a permis de joindre un plus vaste public.

L’une en a entraîné une autre, de sorte que sept mois plus tard, nous avions huit studios. J’ai même dû cesser d’octroyer des franchises pendant un an, car notre croissance était trop rapide. Il fallait d’abord mettre en place l’infrastructure. J’ai dû repenser certains aspects du développement des systèmes de soutien afin que la croissance puisse se faire plus aisément.

Q. : Quel type de systèmes avez-vous mis en place ?

J. Hamilton : Il a fallu mettre sur papier tout ce qui n’existait que dans ma tête, et qui concernait principalement la formation et les meilleures pratiques. J’ai rédigé un livre indiquant les choses à faire chaque jour, chaque semaine et chaque mois. J’ai aussi conçu un programme de formation pour nos instructeurs.

J’ai veillé à ce qu’il y ait une coordination harmonieuse entre le point A et le point B, et à ce que tous comprennent parfaitement notre modèle de service.

Q. : Comment procédez-vous pour recruter des franchisés ?

J. Hamilton : Pour réussir, il faut faire équipe avec des gens qui ont les mêmes valeurs fondamentales que vous. L’adhésion à notre vision est essentielle. Parmi les gens qui veulent travailler avec nous, je repère ceux qui partagent notre vision et qui ont des attentes de croissance conformes à celles de l’entreprise. Environ cinq pour cent des gens croient qu’ils achètent un emploi de sorte qu’ils n’auront pas à travailler. Nous insistons donc sur le fait que tous doivent se conformer aux systèmes que nous établissons. Bien que ce soit rare, il arrive que des gens voient l’acquisition d’une franchise comme un moyen facile de faire de l’argent.

Q. : Y a-t-il eu des moments où vous avez pensé que le projet ne fonctionnerait pas ?

J. Hamilton : Il y a eu de nombreux moments où j’ai envisagé de tout laisser tomber !

Ma façon de composer avec de tels moments a été de me rappeler ma motivation première : ma passion. J’ai pris l’habitude de me rappeler à moi-même qu’en cas d’accident de parcours, il y a des solutions. Il y en a toujours. La recette du succès en entreprise comporte 80 % de sens des affaires et 20 % de passion.

Q. : Y a-t-il quelque chose que vous auriez fait différemment ?

J. Hamilton : La croissance a été très rapide. J’avais l’impression de courir derrière une boule de neige dont le volume augmentait constamment. Je sais maintenant qu’avant de s’engager dans la croissance, il faut mettre en place une foule de choses : les contrats de franchisage, l’équipe de soutien, les systèmes… Il faut tout organiser dès le départ plutôt que de tenter de le faire au fur et à mesure en mode réaction.

Q. : Quelles sont selon vous les qualités nécessaires aux entrepreneurs ?

J. Hamilton : Quand on est propriétaire d’entreprise, on apprend à faire face à l’adversité. Il faut être capable de se battre, de faire face avec énergie et détermination. J’ai toujours eu le sentiment que si je pouvais imaginer une chose, je pouvais en faire une réalité. Il faut être débrouillard, être capable de trouver les ressources et les gens dont l’entreprise a besoin. Il faut aussi savoir écouter, tenir compte de l’opinion des autres et envisager différentes façons de faire. Ce sont des qualités essentielles pour réussir.

Q. : Quelle est la prochaine étape pour Oxygen Yoga & Fitness ?

J. Hamilton : Tout en renforçant notre présence au pays, nous regardons vers l’étranger. Je projette une expansion d’abord en Angleterre, puis en Nouvelle-Zélande, au Japon et aux États-Unis.

Q. : Selon vous, quel rôle jouent les entrepreneures pour façonner l’avenir et l’économie du Canada ?

J. Hamilton : Nous sommes dans une position privilégiée pour être des leaders et une source d’inspiration pour d’autres femmes et pour des hommes. Non seulement nous avons des aptitudes extraordinaires pour le leadership, mais, en tant que femmes, nous avons une dimension émotionnelle qui se conjugue différemment au sens des affaires. L’influence des entrepreneures sur les milieux de travail et la société se fait sentir de façon différente.

Q. : Aimeriez-vous ajouter quelque chose afin de compléter ce portrait de vous-même en tant que personne et propriétaire d’entreprise ?

J. Hamilton : Selon moi, tout comme les entreprises se donnent une mission, chacun doit le faire dans sa propre vie. J’ai un énoncé de mission : J’aime ma vie. À la fin de chaque cours, je demande aux participants de former un cœur avec leurs mains et de regarder devant eux en disant « J’aime ma vie ». Cette affirmation rend les gens plus positifs. C’est très beau à voir.

En novembre 2018, les réalisations de 23 femmes ont été soulignées par les Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC 2018. Ces femmes exceptionnelles et leurs entreprises pionnières dans une variété de secteurs ont un objectif en commun : se distinguer par leur excellence. Vous aimeriez en savoir plus sur la façon dont elles ont concrétisé leurs idées d’entreprise ?

En novembre 2018, les réalisations de 23 femmes ont été soulignées par les Prix canadiens de l’entrepreneuriat féminin RBC 2018. Ces femmes exceptionnelles et leurs entreprises pionnières dans une variété de secteurs ont un objectif en commun : se distinguer par leur excellence.

Un autre article de la série « Femmes entrepreneures canadiennes » :

Comment les baby-boomers et les milléniaux façonnent l’avenir des petites entreprises

Lire le suivant

Transformation du transport par les nouvelles technologies

Lire le suivant

Saccade Analytics : 30 ans de recherche pour la création d’InSight, un appareil permettant de diagnostiquer plus de 200 troubles neurologiques #maréalisation

Lire le suivant

Les fondatrices de Routine expliquent comment la création de produits naturels propres a mené à la fondation d’une entreprise internationale prospère #maréalisation

Lire le suivant

Sommet canadien SheEO 2019 : À l’honneur, des agentes de changements positifs ouvrant la voie à un monde meilleur

Lire le suivant

Luann Baker-Johnson, fondatrice de Lumel Studios, parle de la création artistique dans le Grand Nord. #maréalisation

Lire le suivant

Le fondateur de LeDaveed, Andy Dale, mène son entreprise à sa façon #maréalisation

Lire le suivant

La cofondatrice de Walton Wood Farm donne des conseils éclairés aux jeunes entrepreneurs #maréalisation

Lire le suivant

Une innovation n’est efficace que si elle est adoptée : entrevue avec Janice Diner, fondatrice de Horizn #maréalisation

Lire le suivant

Joanna Griffiths, fondatrice de Knix, nous explique comment établir une entreprise au service d’une mission #maréalisation

Lire le suivant

Confiez-nous votre lessive : comment Vaundry emploie la technologie pour décharger ses clients d’une tâche fastidieuse #maréalisation

Lire le suivant

Dr. Marjorie Dixon parle des raisons pour lesquelles elle a fondé Anova Fertility & Reproductive Health #maréalisation

Lire le suivant

Habiliter les entrepreneures dès aujourd’hui pour bâtir un avenir meilleur

Lire le suivant

Toni Desrosiers parle des raisons pour lesquelles elle a fondé Abeego #maréalisation

Lire le suivant