Aller au contenu principal
RBC
Lily Tse, fondatrice de Think Dirty, raconte comment et pourquoi elle a conçu une appli d'information sur les produits de beauté.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les entrepreneurs réussissent à transformer leurs rêves en réalité ? Ce qui les motive à repousser les limites, à susciter le changement et à faire progresser leur secteur ? Nous avons eu l’occasion de le demander à des propriétaires de petite entreprise du Canada.

Lily Tse a fondé Think Dirty par suite d’une démarche personnelle visant à comprendre la vraie nature des produits de beauté. C’est après avoir appris que sa mère était atteinte d’un cancer, été licenciée de son poste en publicité et remporté un concours d’entreprises en démarrage qu’elle s’est lancée dans l’aventure.

Fondatrice de Think Dirty – entreprise récemment sélectionnée par SheEO et l’un des 50 lieux de travail les plus novateurs –, Lily Tse parle de ses motivations, de ses succès et de ses difficultés d’entrepreneure, et prodigue des conseils aux autres innovatrices.

Q. : Qu’est-ce qui vous a incitée à fonder Think Dirty ?

Lily Tse : J’ai créé l’application mobile Think Dirty en 2012 afin que les consommateurs puissent, par simple balayage du code-barres, se renseigner sur les ingrédients que contiennent les produits de beauté.

Ma mère a survécu à un cancer du sein, ce qui m’a beaucoup sensibilisée à la santé. Je me suis rendu compte qu’on connaît mal la composition chimique et la toxicité potentielle des produits de beauté. Il est difficile de comprendre la signification des appellations chimiques qu’on peut lire sur les étiquettes. Je me suis dit : « Il doit y avoir une façon plus simple de comprendre ce que contiennent les produits que nous appliquons sur notre peau. »

L’application Think Dirty est très facile à utiliser ; il suffit de balayer le code-barres avec son téléphone pour connaître les ingrédients d’un produit et pour savoir si le produit est considéré comme bon ou nocif pour la santé à long terme. L’application propose aussi des produits de remplacement. À ce jour, notre base de données contient des renseignements sur plus de 500 000 produits.

Q : Comment en êtes-vous venue à lancer une entreprise ?

Lily Tse : L’idée m’est venue en travaillant, mais la vie en agence étant très exigeante, j’ai longtemps repoussé mon projet. Le jour où j’ai été licenciée, j’ai envisagé le travail à la pige, qui offrait la possibilité de travailler selon un horaire irrégulier.

Après avoir considéré quelques concours d’entreprises en démarrage, je me suis inscrite à l’un d’eux à New York. Je n’ai pas remporté ce premier concours, mais j’en ai vu un autre à Toronto et je me suis dit : « Si je remporte celui-là, je me lance à plein temps. » Comme je l’ai remporté, j’ai engagé un réalisateur de logiciels et mon entreprise était lancée. C’était en octobre 2012.

Q. : Quel effet cela fait-il d’être reconnue par SheEO ?

Lily Tse : Rien ne bat un groupe de 500 généreux bailleurs de fonds qui croient suffisamment aux femmes d’affaires pour les soutenir. Ils veulent nous voir réussir. Pouvoir compter sur un réseau de fondatrices comme moi, ça n’a pas de prix.

Le modèle de financement est aussi une innovation qui permet aux femmes de s’affranchir des préjugés courants dans le monde du financement d’entreprise.

Think Dirty s’est classée dans les 25 premières places en 2018 et dans les 8 premières places en 2019. Nous sommes infiniment honorés et reconnaissants d’avoir eu cette occasion. Cette année, j’ai donc décidé d’être moi-même activatrice SheEO. Je suis fière et honorée de jouer ce rôle.

Q : D’après vous, quel rôle les entreprises dirigées par des femmes jouent-elles dans l’économie du Canada ?

Lily Tse : Nous sommes un important groupe démographique qui transforme en douceur, mais fondamentalement l’avenir du Canada.

Nous créons non pas de simples emplois, mais plutôt des emplois qui réduisent les inégalités salariales au profit de personnes qui ne trouvent pas leur compte dans le marché du travail traditionnel. Notre effectif compte beaucoup de membres de minorités visibles. Je crois que la diversité est importante non seulement sur le plan du genre, mais aussi sur les plans de l’orientation sexuelle, du type de personnalité, de l’âge, etc.

Q. : Qu’en est-il de l’embauche du personnel ? Comment repérez-vous des personnes extraordinaires pour représenter votre marque ?

Lily Tse : Lors de l’embauche, je prends le temps de m’assurer que les valeurs des candidats correspondent à mes convictions – ça fait partie du processus de sélection. Nous évaluons aussi le tempérament des candidats, c’est-à-dire leur comportement en situation de travail réelle.

Je fais aussi partie du jury de nombreux concours d’entreprises en démarrage, et je trouve que les étudiants qui s’y présentent ont le sens de l’innovation et de l’entrepreneuriat. Quand on recrute des candidats parmi eux, on constate généralement qu’ils ont le profil parfait.

Q. : Quelle est la prochaine étape pour Think Dirty ?

Lily Tse : J’aimerais prendre de l’expansion à l’étranger. En ce qui concerne les services offerts aux utilisateurs, nous aimerions étendre notre base de données aux produits ménagers et possiblement aux produits pour animaux de compagnie. Nous voulons aller au-delà des produits de beauté et de soins personnels et évaluer tous les produits sur le marché.

Reposant sur la profonde générosité des femmes entre elles, le modèle de SheEO réunit des activatrices et des entrepreneures en vue de faire croître des entreprises rentables. Think Dirty a été l’une des sept entreprises sélectionnées cette année.

Un autre article de la série « Femmes entrepreneures canadiennes » :

Twenty One Toys: développer l’empathie et la résilience en cette période critique

Lire le suivant

Les femmes transforment le monde des affaires

Lire le suivant

Kathleen Quinlan nous parle du démarrage de Fiore Botanica dans sa cuisine #maréalisation

Lire le suivant

Comment les baby-boomers et les milléniaux façonnent l’avenir des petites entreprises

Lire le suivant

Transformation du transport par les nouvelles technologies

Lire le suivant

Jennifer Hamilton parle de la création d’un créneau commercial : Oxygen Yoga & Fitness #maréalisation

Lire le suivant

Saccade Analytics : 30 ans de recherche pour la création d’InSight, un appareil permettant de diagnostiquer plus de 200 troubles neurologiques #maréalisation

Lire le suivant

Les fondatrices de Routine expliquent comment la création de produits naturels propres a mené à la fondation d’une entreprise internationale prospère #maréalisation

Lire le suivant

Sommet canadien SheEO 2019 : À l’honneur, des agentes de changements positifs ouvrant la voie à un monde meilleur

Lire le suivant

Luann Baker-Johnson, fondatrice de Lumel Studios, parle de la création artistique dans le Grand Nord. #maréalisation

Lire le suivant

Le fondateur de LeDaveed, Andy Dale, mène son entreprise à sa façon #maréalisation

Lire le suivant

La cofondatrice de Walton Wood Farm donne des conseils éclairés aux jeunes entrepreneurs #maréalisation

Lire le suivant

Une innovation n’est efficace que si elle est adoptée : entrevue avec Janice Diner, fondatrice de Horizn #maréalisation

Lire le suivant

Joanna Griffiths, fondatrice de Knix, nous explique comment établir une entreprise au service d’une mission #maréalisation

Lire le suivant

Confiez-nous votre lessive : comment Vaundry emploie la technologie pour décharger ses clients d’une tâche fastidieuse #maréalisation

Lire le suivant

Dr. Marjorie Dixon parle des raisons pour lesquelles elle a fondé Anova Fertility & Reproductive Health #maréalisation

Lire le suivant

Habiliter les entrepreneures dès aujourd’hui pour bâtir un avenir meilleur

Lire le suivant

Toni Desrosiers parle des raisons pour lesquelles elle a fondé Abeego #maréalisation

Lire le suivant